Banque de dépannage linguistique

Résultats de la recherche
La typographie
Majuscules > Emploi de la majuscule pour des types de dénominations



Prix et trophées

 

Premier nom avec majuscule initiale

 

Les noms de prix et de trophées prennent une majuscule au premier nom si ce nom est déterminé par un adjectif ou par un complément introduit par une préposition.

 

Exemples :

 

-  le Mérite touristique

-  les Mérites du français au travail

-  l’Oscar du meilleur film étranger

-  la Plume d’or

-  le Prix de la langue française

-  les Prix du Québec

-  le Prix du Gouverneur général et le Prix du Lieutenant-gouverneur
(Le g et le l majuscules sont ici des marques de déférence.)

-  le Prix de la revue Études françaises

-  le Prix du 3-Juillet-1608
(Les éléments qui composent la date sont ici liés par des traits d’union, comme dans un nom de rue. La majuscule au nom du mois indique que, par la date, on désigne un événement ou sa commémoration.)

 

Dans certains cas, le premier nom est déterminé par plus d’un élément (à la fois par un adjectif et un complément du nom, entre autres).

 

Exemples :

 

-  le Prix québécois de la citoyenneté

-  le Prix de la justice du Québec

-  le Prix du premier ministre pour le bénévolat

 

Si un adjectif précède le premier nom, les deux prennent la majuscule.

 

Exemples :

 

-  le Grand Grenier d’or du public

-  le Grand Prix de la critique

-  les Grands Prix scientifiques du Québec

-  le Premier Prix de Rome

 

 

Premier nom en minuscules

 

Si le premier nom (générique) est suivi – immédiatement ou non – d’un nom propre (spécifique), il garde la minuscule, et l’on met la majuscule au spécifique en respectant les règles d’écriture des noms de lieux, de personnes, etc. En outre, si le spécifique est un nom de personne comportant plus d’un élément, le ou les prénoms et le patronyme sont liés par un trait d’union (que la personne soit vivante ou décédée).

 

Exemples :

 

-  la coupe Stanley (désignation du trophée)

-  le prix Goncourt (le Goncourt)

-  les prix Juno

-  le prix Canada-Italie pour l’innovation

-  le prix Nobel de la paix (le Nobel de la paix)

-  le prix Paul-Émile-Borduas

-  le trophée Clarence-S.-Campbell

-  le prix Claude-et-Jeannine-Masson

-  le prix littéraire Trillium

-  le prix du bénévolat en loisir et en sport Dollard-Morin (le prix Dollard-Morin)

 

Si le générique est déterminé par un spécifique qui est un nom commun (ou un syntagme nominal) tenant lieu de nom propre, il garde aussi la minuscule, et l’on met une majuscule au premier élément du spécifique. Le spécifique demeure alors invariable en nombre.

 

Exemples :

 

-  le prix Égalité

-  le prix Excellence en gestion de l’eau

-  le prix Coupe-paperasse d’or

-  le prix À part entière

-  le trophée Roses des sables (désignation du trophée)

-  le prix culturel L’égalité à l’œuvre

-  le prix de reconnaissance Essor

-  un prix Étincelle, les prix Étincelle

-  un prix Zénith, les prix Zénith

-  des prix Gémeaux, un prix Gémeaux

 

Dans certains cas, le générique est suivi de plus d’un spécifique en apposition. En ce qui concerne l’emploi du coordonnant ou du trait d’union entre deux spécifiques, l’usage est flottant. Si l’on souhaite coordonner par une marque graphique deux spécifiques dont l’un contient déjà un trait d’union, on utilise le tiret.

 

Exemples :

 

-  le prix Reconnaissance Conciliation travail-famille

-  le prix littéraire Québec-France Marie-Claire-Blais

-  le prix Relève d’affaires - Diversité

-  le prix Ruralia-Desjardins, le prix Ruralia-Desjardins – Solidarité rurale du Québec

 

Si un spécifique est composé de deux éléments coordonnés, ces deux éléments prennent la majuscule.

 

Exemples :

 

-  le prix Droits et Libertés

-  les prix Arts et Affaires

-  les grands prix Santé et Sécurité du travail

 

 

Noms propres qui deviennent des noms communs

 

Les expressions prix citron (critique) et prix orange (récompense) tendent à devenir des noms communs. Elles s’écrivent ainsi généralement tout en minuscules. La majuscule à citron et à orange demeure cependant admise, surtout si le nom prix n’est déterminé par aucun autre élément ou qu’il est précédé de l’article défini. Citron et orange demeurent invariables en nombre.

 

Exemples :

 

-  un prix citron, des prix citron

-  un prix orange, son prix orange, prix orange de…, des prix orange

-  le prix Orange qui lui a été décerné

 

Les noms de trophées qui sont des noms propres peuvent devenir des noms communs et perdre leur majuscule. L’usage en la matière est fluctuant; la majuscule et la minuscule restent parfois en concurrence dans certains cas. Les noms de trophées devenus des noms communs prennent la marque du pluriel au besoin.

 

Exemples :

 

-  un Félix ou un félix, des Félix ou des félix

-  un Molière ou un molière, des Molière ou des molières

-  un anik, des aniks

-  un césar, des césars

-  un jupiter, des jupiters

-  un oscar, des oscars

 

À l’inverse, les noms de trophées qui sont des noms communs tenant lieu de noms propres prennent la majuscule. Pour ces noms de trophées, il y a des usages consacrés en matière de singulier et de pluriel.

 

Exemples :

 

-  un Gémeaux, deux Gémeaux

-  un Masque, les Masques

-  un Grenier d’or, les Greniers d’or ou les Grenier d’or (Grenier est un nom commun, mais aussi un nom de personne, d’où la possible absence du s au pluriel, les noms de famille ne variant pas en nombre.)

 

 

Noms de prix et de trophées en langue étrangère

 

Les règles concernant les majuscules dans les noms de prix et de trophées en langue étrangère peuvent différer des règles s’appliquant en français.

 

Exemple :

 

-  les Grammy Awards

 

 

Désignation d’un lauréat ou d’une lauréate par métonymie

 

Lorsque, par métonymie, on désigne le lauréat d’un prix, le mot prix s’écrit avec une majuscule dans tous les cas.

 

Exemples :

 

-  Le Grand Prix de l’Académie française était présent à la prestigieuse soirée.

-  La conférencière que nous entendrons est le nouveau Prix Robert-Cliche.

 

 

Caractères romains

 

Tous les noms de prix et de trophées, qu’ils soient en français ou dans une langue étrangère, s’écrivent en romain.

 

 

Pour en savoir davantage, vous pouvez consulter les articles Distinctions et Concours.

Haut

Date de la dernière actualisation de la BDL : novembre 2018

Déclaration de services aux citoyens | Commissaire à la qualité des services | Accès à l'information | Politique de confidentialité

Portail du Gouvernement du Québec.

© Gouvernement du Québec, 2002