Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique



Index des nouveautés
La syntaxe
Le complément du verbe



Texter       Nouveauté

 

On se questionne parfois sur les constructions syntaxiques permises par texter, néologisme verbal apparu au tournant des années 2000 et signifiant à la fois « écrire un texto », « envoyer un texto », « joindre une personne par texto » et « communiquer par texto ». En fait, texter peut s’employer à la forme autant transitive qu’intransitive ainsi qu’à la voix pronominale, ce qui explique en partie la polysémie du verbe.

 

Exemples avec un complément direct :

 

-  Manuel avait pris l’habitude de texter Geneviève pendant ses heures de travail. (joindre Geneviève par texto)

-  Les membres du personnel intéressés texteront leurs coordonnées à l’initiatrice du projet.

-  Pour participer au concours, il suffit de texter le mot GAGNANT au 876**.

 

Exemples avec un complément indirect :

 

-  Je texte avec Geneviève. (communiquer avec Geneviève par texto)

-  Manuel textait à Geneviève. (écrire un texto à Geneviève)

-  Pour participer au concours, il suffit de texter le mot GAGNANT au 876**.

 

Exemples sans complément :

 

-  Les parents s’énervent quand leurs enfants textent à table.

-  Il pourrait vous en coûter cher de texter au volant.

-  Joanie passe son temps à texter.

 

Exemples avec un pronom réfléchi :

 

-  Nous nous texterons nos adresses respectives.

-  Pas un jour ne passe sans que ces deux amoureux se textent.

 

 

Le verbe texter est bien formé, même s’il s’explique très probablement par l’anglais to text. Il a également, à l’instar du nom texto, l’avantage de la brièveté et de la simplicité (notamment pour la conjugaison, texter étant un verbe du premier groupe, et pour la dérivation, puisque texter s’intègre parfaitement dans la série texto, textage, texteur). De plus, texter comble un vide lexical. En effet, y avait-il un mot pour signifier à la fois écrire et transmettre ces messages, bref communiquer par ce moyen? Non, et texter est venu combler ce vide. Le Québec l’a adopté, et il est doucement entré dans l’usage de l’Europe francophone, où textoter existe aussi.

 

 

Article rédigé en 2018



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : mai 2018

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles