Banque de dépannage linguistique

Index thématique
Les sigles, abréviations et symboles
Les abréviations > Règles de l'abréviation



Suppression de lettres

 

Le retranchement d'une partie des lettres d'un mot peut se faire de trois façons.

 

L'abréviation se fait le plus souvent par la suppression des dernières lettres d'un mot, qu'on coupe après une consonne et avant une voyelle. On procède ainsi dans tous les cas où il n'existe pas d'abréviations conventionnelles.

 

Exemples :

 

- abrév. (abréviation)

- comp. (composé, composition)

- compl. (complément, complémentaire)

- déc. (décembre)

- janv. (janvier)

- prép. (préposition)

- m. (mois)

 

Il faut éviter d'abréger un mot par la suppression d'une seule lettre, ce qui, en outre, n'est guère avantageux; la suppression de deux lettres est tolérée, mais n'est guère conseillée.

 

Exemples :

 

- p. (page) et non pag.

- t. (tome) et non tom.

- chim. (chimie ou chimique, suppression de deux lettres tolérée)

- civ. (civil, suppression de deux lettres tolérée)

 

L'abréviation se fait parfois par la suppression de certaines lettres intérieures du mot; dans ce cas, les lettres qui subsistent après l'initiale sont souvent mises en supérieures, c'est-à-dire surélevées, comme un exposant.

 

Exemples :

 

- Mlle (mademoiselle)

- Mme (madame)

- Dr (docteur)

- Dre (docteure)

- St (saint)

- Ste (sainte)

 

Si on écrit ces lettres sur la même ligne que l'initiale, il faut que la suite de lettres ainsi obtenue soit imprononçable; si cette suite de lettres est prononçable et risque d'être confondue avec un mot, il est préférable d'écrire la fin du mot au-dessus de la ligne.

 

Exemples :

 

- Mgr ou Mgr (monseigneur)

- Pr ou Pr (professeur)

- Pre (professeure) et non Pre

- no (numéro) et non no

- Cie (compagnie) et non Cie

- Me (maître) et non Me

 

L'abréviation peut ne garder que quelques consonnes du mot; il s'agit alors d'abréviations figées dans lesquelles on ne peut changer aucun élément.

 

Exemples :

 

- qqn (quelqu’un)

- qqch. (quelque chose)

- qqf. (quelquefois)

- cf. ou cf. (confer)

 

L'abréviation de mots composés, de locutions ou d'expressions se fait, en principe, à l'aide d'un élément par mot. On conserve le plus souvent entre les éléments de l'abréviation les espaces et les signes de ponctuation qui existent entre les mots qui la composent. Certains usages consacrés (par exemple les abréviations de grades et de diplômes universitaires) font cependant exception à cette règle, d’où l’absence d’espace après le point abréviatif.

 

Exemples :

 

- c.-à-d. (c'est-à-dire)

- P.-S. (post-scriptum)

- N. B. (nota bene)

- c. c. (copie conforme)

- p. i. (par intérim)

 

Haut

Date de la dernière actualisation de la BDL : octobre 2018

Déclaration de services aux citoyens | Commissaire à la qualité des services | Accès à l'information | Politique de confidentialité

Portail du Gouvernement du Québec.

© Gouvernement du Québec, 2002