Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique



Index thématique
La rédaction et la communication
Bibliographie et citations > Citations



Renvois et références en bas de page

 

Lorsque l’on utilise des citations ou des renseignements pour appuyer une argumentation, il faut en donner la source précise au moyen de références.

 

Documents imprimés

 

Pour les documents imprimés, il existe deux façons d’indiquer les références des citations : l’appel de note et la référence directement dans le texte.

 

 

Appel de note

 

L’appel de note est placé immédiatement après la citation, l’expression ou le terme auquel il se rapporte (dont il n’est séparé par aucune espace), avant tout signe de ponctuation. Il renvoie à la description bibliographique de la source documentaire. L’appel de note est représenté le plus souvent par un chiffre en exposant, sans parenthèses. Cependant, dans les travaux scientifiques, on utilise plutôt l’astérisque (successivement simple, double et triple) ou des lettres pour ne pas créer de confusion avec les exposants des nombres.

 

Exemples :

 

- Il a toujours été un « amoureux de la langue française1 ».

- « Il a toujours été un amoureux de la langue française1. »

 

La note à laquelle renvoie l’appel de note peut se trouver en bas de page, en fin de chapitre ou en fin de document. Dans la note, il y a une espace entre le chiffre ou l’astérisque et le premier mot.

 

Les notes en bas de page ne doivent pas occuper plus du tiers de la page. Dans les références en bas de page, le prénom précède le nom de l’auteur et ce dernier est séparé du titre par une virgule, à la différence des références bibliographiques regroupées à la fin d’un texte. En principe, la première ligne commence en retrait, et la ou les lignes suivantes sont à la marge de gauche. On indique la ou les pages consultées. Lorsqu’un ouvrage est cité pour la première fois, la référence doit être complète. Les fois suivantes, elle peut être abrégée; on peut se servir des abréviations latines id. (idem « le même auteur »), ibid. (ibidem « au même endroit »), op. cit. (opere citato « dans l’ouvrage cité ») et loc. cit. (loco citato « à l’endroit cité ») pour éviter de répéter certains éléments.

 

Les notes de fin de chapitre ou de fin de document se suivent selon leur ordre d’apparition dans le texte.

 

 

Lorsqu’il n’y a pas de bibliographie, les notes de référence doivent être précises. Par contre, si l’on rédige une bibliographie contenant les notices bibliographiques des ouvrages cités, les notes de référence n’ont pas besoin d’être très détaillées. Elles comportent alors certains éléments comme le nom de l’auteur, le titre du document, l’année et la pagination. On doit dans ce cas obligatoirement rédiger la bibliographie selon la méthode traditionnelle, c’est-à-dire en plaçant la date après la maison d’édition.

 

Exemples :

 

            1. Marie AUDET, Précis de grammaire française, Montréal, Québec, Linguator, 2004, p. 25.

 

            1. Marie AUDET, Précis de grammaire française, 2004, p. 25.

 

2. Ibid., p. 38.

 

            3. Marie-Dominique PORÉE, La grammaire française pour les nuls, Paris, First, c2011, p. 57.

 

4. Olivier SOUTET, Le subjonctif en français, Paris, Éditions Ophrys, 2000, p. 69.

 

            5. C.c.Q., art. 645 et suiv.

 

            6. Loi sur les parcs et les jardins publics, LRC 1978, B-2, art. (39(1)a).

 

            7. Christian MOLINIER et Françoise LEVRIER, Grammaire des adverbes : description des formes en -ment, Genève, Droz, 2000, p. 234.

 

 

Référence directement dans le texte

 

La référence directement dans le texte est succincte. Elle est placée entre parenthèses. Lorsque plusieurs documents du même auteur ont été écrits la même année, on fait suivre la date par une lettre minuscule pour distinguer les ouvrages (par exemple, 1979a, 1979b, etc.). Les références sont ensuite reprises en détail dans la bibliographie, qui sera obligatoirement présentée selon la méthode auteur-date, c’est-à-dire en plaçant la date immédiatement après le nom de l’auteur. Cette méthode facilite beaucoup la gestion des références bibliographiques, car elle réduit le nombre de notes en bas de page.

 

Exemples :

 

- Selon Stein (2004b), le taux directeur de la Banque du Canada devrait subir une légère hausse en décembre.

- « Le taux directeur de la Banque du Canada devrait subir une légère hausse en décembre. » (Stein 2004b : 26)

- Audet (2005a) présente…

- Une étude sur ce sujet précis (Audet 2005a : 38) tend à prouver que…

- Porée (2011) et Soutet (2000) sont d’avis que…

- Une description complète de ce phénomène (Soutet 2011) permet de…

 

 

Documents numériques

 

Dans les documents numériques, on se sert généralement des hyperliens pour indiquer les références des citations.

 

 

Hyperliens vers une bibliographie

 

Lorsqu’on rédige un document électronique et que la référence bibliographique renvoie à un document imprimé, on peut ajouter un hyperlien vers cette référence.

 

Exemples :

 

- La Banque du Canada (Banque du Canada, 2004), dans sa décision de hausser le taux directeur, tient compte de tous ces facteurs.

- La Banque du Canada (1), dans sa décision de hausser le taux directeur, tient compte de tous ces facteurs.

 

L’hyperlien mène à la référence bibliographique suivante, située à la fin du document :

 

BANQUE DU Canada (2004, 8 septembre). La Banque du Canada relève le taux cible du financement à un jour de 1/4 de point de pourcentage pour le porter à 2 1/4 %. Repéré au www.banqueducanada.ca/publications-et-recherches/communiques/

          ?y=2004&mth=9.

 

 

Hyperliens vers un site ou une page Web

 

Lorsque la référence bibliographique renvoie à un site ou à une page Web, on ajoute un hyperlien menant directement au site ou à la page en référence. Il est préférable de ne pas citer l’adresse URL au complet, mais de créer l’hyperlien à partir de mots significatifs.

 

Exemple :

 

- La Banque du Canada, dans sa décision de hausser le taux directeur, tient compte de tous ces facteurs.

 

L’hyperlien mène à la page Web suivante :

http://www.banqueducanada.ca/datefixe/2004/.htm.

 

Dans un texte destiné à Internet, il vaut mieux réserver le soulignement aux hyperliens. Si l’on désire attirer l’attention du lecteur sur certains passages de texte, on choisira les caractères gras ou italiques.

 

 

Pour en savoir davantage, vous pouvez consulter les articles Ponctuation et appels de note, Expressions latines dans les références, Principes généraux de la citation, Bibliographie, Éléments de la notice bibliographique et Présentation auteur-date.

 



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : novembre 2016

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles