Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique



Index thématique
La ponctuation
Généralités sur la ponctuation



Rôle et fonctions de la ponctuation

 

La ponctuation permet d’organiser et de présenter le texte, d’une part, et de faciliter la compréhension du texte, d’autre part. Elle complète le message transmis par les lettres et les mots en ajoutant d’autres informations. Il existe une multitude d’exemples où un tout petit signe a fait une énorme différence de sens : pour une virgule oubliée, que de quiproquos drôles ou dramatiques! Un exemple souvent cité est le suivant : « Il n’est pas mort, comme on l’avait dit » ne signifie pas la même chose que « Il n’est pas mort comme on l’avait dit ». Dans le premier cas, il n’est pas mort; tandis que dans le second cas, il est bel et bien mort, mais pas de la manière qu’on croyait. En somme, comme l’explique Jacques Drillon dans son Traité de la ponctuation française, la ponctuation facilite le passage du texte entre auteur et lecteur.

 

On distingue habituellement quatre grandes fonctions de la ponctuation.

 

Fonction syntaxique

 

La ponctuation accompagne l’agencement des mots, des groupes de mots et des phrases en marquant leur rôle respectif dans l’ensemble du texte. Ainsi la virgule, par exemple, n’est pas qu’affaire de respiration; l’endroit où une pause est appropriée correspond le plus souvent à une division syntaxique du texte.

 

Exemples :

 

- Demain matin à l’aube, je partirai à la campagne.

(La virgule sépare le complément placé en tête de phrase du sujet.)

 

- Lorsque, pour des raisons indépendantes de leur volonté (c’est du moins ce qu’ils disent), ils ne peuvent respecter l’horaire prévu, ils avisent le client et lui offrent leurs plus sincères excuses, en espérant qu’il les accepte et fasse preuve de compréhension.

(Les parenthèses permettent d’ajouter un élément d’information supplémentaire, non essentiel au texte; les virgules séparent les trois propositions de la phrase ainsi que le complément pour des raisons… volonté.)

 

 

Fonction sémantique

 

Les signes de ponctuation aident à comprendre le sens d’un texte en en présentant les différentes parties. Ils contribuent également au sens des phrases et des mots, et même parfois créent à eux seuls le sens. Par exemple, une suite de signes de ponctuation en guise de réplique, des points de suspension qui signifient « sans commentaires », un tiret qui indique l’absence de réponse d’un personnage, voilà autant de signes qui véhiculent un message textuel, et ce, sans le support des mots.

 

Exemples :

 

- Sa mère recevait de nombreux « oncles » durant l’après-midi. (Le mot oncles a ici un sens particulier.)

- Les photos, que j’ai prises, sont ratées. (Je les ai toutes prises, et elles sont toutes ratées.)

- Les photos que j’ai prises sont ratées. (Seules celles que j’ai prises sont ratées, et il y en a d’autres qui sont bonnes.)

 

 

Fonction expressive et intonative

 

La ponctuation permet d’indiquer les sentiments et les intonations de l’auteur. Un texte peut comporter par exemple des points d’exclamation qui marquent la colère, l’impatience ou l’admiration; des points de suspension pleins d’ironie, d’autres qui indiquent plutôt la réserve ou encore un état rêveur; des points d’interrogation qui expriment le doute, le scepticisme ou encore le questionnement véritable.

 

Exemples :

 

- Ils m’ont offert leurs plus sincères (?) excuses. (Je doute de la sincérité des excuses.)

- Nous partons? (Une question est posée.)

- Nous partons! (Une réponse est donnée, sur un ton décidé.)

- Savez-vous quelle heure il est? (Le but est de connaître l’heure.)

- Savez-vous quelle heure il est!!! (On sait trop bien quelle heure il est.)

 

 

Fonction rythmique

 

Historiquement, le premier rôle de la ponctuation a été d’aider au chant ou à la lecture d’un texte, en indiquant à l’orateur où marquer les pauses. Cette fonction existe encore (un texte sans ponctuation serait essoufflant, même lu silencieusement), mais ne suffit plus à définir la ponctuation. Par exemple, on ne sépare habituellement pas le sujet du verbe; toutefois, lorsque le sujet d’une phrase est relativement long, la pause que l’on ferait à l’oral est parfois rendue par une virgule à l’écrit.

 

Exemples :

 

- La documentation que vous recevrez par courrier dans une semaine ou deux au plus tard, vous permettra de prendre une décision éclairée.

(Le sujet long peut être séparé du verbe par une virgule.)

 

- La documentation reçue vous permettra de prendre une décision éclairée.

(Le sujet étant court, aucune virgule ne le sépare du verbe.)

 

 

Pour en savoir davantage, vous pouvez consulter l’article Définition de la ponctuation.

 

 

 

 



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : novembre 2016

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles