Banque de dépannage linguistique

Index thématique
La rédaction et la communication
Féminisation et rédaction épicène > Rédaction épicène > Généralités sur la rédaction épicène



- Principes généraux de la rédaction épicène

 

Quand on parle de féminisation linguistique, il faut distinguer deux niveaux : celui des mots ‒ féminisation lexicale ‒ et celui du texte ‒ rédaction épicène. Cette dernière consiste à employer des appellations au féminin à côté des appellations au masculin, à abandonner progressivement le masculin générique (englobant les deux genres) et à offrir une égale représentation des femmes et des hommes dans le texte.

 

 

Voici les cinq principes généraux qui servent de balises à une rédaction épicène de qualité.

 

 

Abandonner la rédaction intégrale au masculin générique pour désigner des hommes et des femmes

 

Il faut employer le masculin générique avec parcimonie pour désigner un ensemble mixte constitué d’hommes et de femmes. L’emploi d’une note préliminaire comme : dans ce texte, le masculin englobe les deux genres et est utilisé pour alléger le texte ne permet pas d’assurer une égale représentation des femmes et des hommes dans le texte. Ce type de note est désuet puisque la féminisation linguistique est de nos jours bien présente dans l’usage.

 

 

Penser et rédiger de manière épicène

 

Il est plus facile de féminiser un écrit dès le départ plutôt que de modifier un texte qui a été au préalable rédigé au masculin générique. Il faut donc se préoccuper de la visibilité des femmes à l’étape même de la conception du texte.

 

 

Utiliser toute la gamme des procédés disponibles

 

Toute la gamme des procédés de rédaction épicène doit être maîtrisée et exploitée judicieusement selon le contexte, dans le but de rendre le texte plus équilibré et d’éviter qu’il soit monotone. L’art de rédiger fait appel à la variété lexicale et syntaxique; il en va de même pour la rédaction épicène.

 

 

Adapter la rédaction épicène à chaque type de texte

 

La rédaction se fera différemment selon le type de texte (publicitaire, informatif, spécialisé, vulgarisé, pédagogique, etc.). Il faut évaluer s’il est plus pertinent, pour rendre une idée, d’opter pour un doublet complet ou pour une formulation neutre. Il est important d’accorder une attention particulière aux documents de type protocole ou procédure, qui doivent être rédigés de manière à éviter une mise à jour lorsque les intervenants et les intervenantes changent, par exemple lorsqu’un nouveau directeur remplace une directrice.

 

 

Utiliser les doublets abrégés seulement dans les contextes où l’espace est restreint ou dans les écrits de style télégraphique

 

Les textes suivis offrent suffisamment d’espace pour intégrer les doublets complets. Toutefois, étant donné que la rédaction épicène s’avère trop souvent mise de côté au profit du masculin générique par manque de place, l’Office québécois de la langue française juge que l’emploi des doublets abrégés est une option acceptable dans les contextes où l’espace est restreint (par exemple dans les tableaux, les formulaires, les publications sur des plateformes de microblogage) ainsi que dans les écrits de style télégraphique. L’emploi des doublets abrégés dans ces contextes peut ainsi favoriser la féminisation d’un plus grand nombre d’écrits.

 

 

 

Article mis à jour en 2018

Haut

Date de la dernière actualisation de la BDL : novembre 2018

Déclaration de services aux citoyens | Commissaire à la qualité des services | Accès à l'information | Politique de confidentialité

Portail du Gouvernement du Québec.

© Gouvernement du Québec, 2002