Banque de dépannage linguistique


Le vocabulaire
Tours d’horizon et autres explications > Usages



Avoir de la misère

 

La locution verbale avoir de la misère (à, avec, etc.) s’emploie de façon familière, et surtout à l’oral, au sens d’« avoir de la difficulté » ou « avoir du mal ». À l’écrit, dans une langue plus soutenue, il est préférable de remplacer cette locution par l’une ou l’autre des expressions suivantes : avoir de la difficulté, avoir (de la) peine à, avoir du mal à.

 

Exemples :

 

- À l’école, Paul a bien de la misère avec son français cette année.

- Ils ont eu de la misère à le convaincre qu’il avait tort.

- Les travailleuses ont eu beaucoup de misère à obtenir ces conditions.

- J’ai de la misère à le croire.

 

On écrirait préférablement :

 

- À l’école, Paul a beaucoup de difficulté en français cette année.

- Ils ont eu du mal à le convaincre qu'il avait tort.

- Les travailleuses ont eu beaucoup de peine à obtenir ces conditions.

- J’ai peine à le croire.

 

 

Haut

Date de la dernière actualisation de la BDL : novembre 2018

Déclaration de services aux citoyens | Commissaire à la qualité des services | Accès à l'information | Politique de confidentialité

Portail du Gouvernement du Québec.

© Gouvernement du Québec, 2002