Banque de dépannage linguistique


Les sigles, abréviations et symboles
Les sigles



Accents dans les sigles

 

Les majuscules qui composent les sigles ne prennent pas d'accents, contrairement aux autres majuscules employées au début des mots, dans les textes écrits tout en majuscules, ainsi que dans les abréviations. En effet, comme les sigles et les acronymes ont une certaine autonomie, en ce qui concerne la prononciation notamment, par rapport aux mots dont ils sont issus, ils ne conservent pas les accents de ces mots : on peut ainsi prononcer les sigles soit alphabétiquement, soit syllabiquement, mais en respectant les règles de la phonétique française.

 

Exemples :

 

- HEC (École des hautes études commerciales)

- PEPS (pavillon de l'éducation physique et des sports)

- UQAR (Université du Québec à Rimouski)

- UQAM (Université du Québec à Montréal)

- ALENA (Accord de libre-échange nord-américain, se prononce a-lé-na)

- REER (régime enregistré d'épargne-retraite, se prononce ré-èr et non pas rir)

- REA (régime enregistré d'épargne-actions, se prononce ré-a)

 

Notons que, dans les textes, l’acronyme de l’Université du Québec à Montréal s’écrit bien UQAM (sans accent grave sur la lettre A, conformément à la règle générale d’écriture des sigles). Toutefois, la conception graphique de la signature de l’établissement universitaire comporte un accent sur le A. Cet accent grave est censé évoquer le mortier des diplômés et créer une sorte de symétrie avec la queue de la lettre Q.

 

Pour en savoir davantage, vous pouvez consulter les autres articles du sous-thème Les sigles.

Haut

Date de la dernière actualisation de la BDL : novembre 2018

Déclaration de services aux citoyens | Commissaire à la qualité des services | Accès à l'information | Politique de confidentialité

Portail du Gouvernement du Québec.

© Gouvernement du Québec, 2002