Banque de dépannage linguistique


L'orthographe
Emploi du trait d'union > Mots composés > Mots composés avec préposition ou adverbe



Non-

 

L’emploi de l’adverbe non peut présenter certaines difficultés : quand doit-on le lier au mot qui le suit par un trait d’union? De manière générale, la règle qui s’applique est la suivante : lorsque non précède un nom, on l’unit à celui-ci par un trait d’union; lorsqu’il précède un adjectif, les deux mots ne sont pas liés.

 

Non  + nom

 

On met un trait d’union quand non est suivi d’un nom, les deux mots formant ainsi un nom composé. Lorsqu’un tel nom est au pluriel, on fait varier le dernier élément en conséquence.

 

Exemples :

 

- Elle a toujours fait preuve de non-conformisme.

- On ne pourra lui reprocher le non-respect de ses engagements.

- Son message de non-violence a été applaudi par les jeunes participants et les jeunes participantes.

- La réforme touche aussi les programmes pour non-francophones.

- Il n’est plus possible d’annuler la décision; nous avons atteint le point de non-retour.

- Le principe de non-ingérence sera respecté par les pays signataires.

- Ces nouvelles mesures visent la protection des non-fumeurs.

- Les non-voyants ont de plus en plus accès à des feux de circulation adaptés pour eux.

 

 

Notons que de tels noms composés sont parfois employés à la manière d’adjectifs pour caractériser un autre nom.

 

Exemples :

 

- La plupart des restaurants disposaient, à l’époque, d’une section non-fumeurs.
(Le nom composé non-fumeurs prend toujours la marque du pluriel, puisqu’il s’agit d’une tournure elliptique qui équivaut à « pour les non-fumeurs ».)

- Les personnes non-voyantes pourront recevoir divers services de l’association.
(Il est aussi possible de considérer voyantes comme un adjectif précédé de l’adverbe non; dans ce cas, on ne retiendra pas le trait d’union, conformément à la règle générale : les personnes voyantes et non voyantes.)

 

 

Non  + adjectif ou participe passé

 

En principe, non n’est pas lié aux adjectifs ni aux participes passés qui le suivent et qu’il modifie. Au pluriel, ces adjectifs et participes s’accordent selon les règles habituelles.

 

Exemples :

 

- Les organismes non gouvernementaux ont présenté une centaine de mémoires.

- Ils ont refusé cette réalisation non conforme aux attentes.

- Les personnes non admissibles n’ont reçu qu’un accusé de réception.

- Ces bourses d’études sont offertes aux étudiantes et aux étudiants non francophones.

- Le personnel non enseignant s’est prononcé contre les dernières propositions.

- Il arrive que des décisions de justice soient déclarées nulles et non avenues.

- La partie non inspectée des installations demeurera fermée au public jusqu’à nouvel ordre.

 

 

Exceptions : avec ou sans trait d’union

 

L’usage de certaines constructions de type non + adjectif ou participe passé a été consacré par le temps. Celles-ci peuvent alors être considérées comme des adjectifs composés, ce qui explique qu’on les trouve parfois écrites avec un trait d’union (par exemple : pays non-alignés, manifestants non-violents et peintres non-figuratifs). Les dictionnaires usuels consignent généralement de telles exceptions. Toutefois, des différences peuvent être observées, pour un même mot, d’un ouvrage à l’autre. Par conséquent, il peut être avisé de s’en tenir à la règle générale, ce que recommandent d’ailleurs divers ouvrages de référence (par exemple : pays non alignés, manifestants non violents et peintres non figuratifs).

 

Par contre, lorsque ces constructions non + adjectif ou participe passé sont utilisées en tant que noms composés, elles prendront obligatoirement le trait d’union, comme celles de type non + nom (par exemple : les non-alignés, les non-violents et les non-figuratifs).

 

 

Complément :

 

Généralités sur le nom épithète (Nom épithète)

 

 

Article mis à jour en 2018

Haut

Date de la dernière actualisation de la BDL : décembre 2018

Déclaration de services aux citoyens | Commissaire à la qualité des services | Accès à l'information | Politique de confidentialité

Portail du Gouvernement du Québec.

© Gouvernement du Québec, 2002