Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




L'orthographe
Emploi du trait d'union > Mots composés > Mots composés avec préfixe ou élément grec ou latin



Re-

 

Le préfixe re- et ses variantes -, r- et res- servent à former de nombreux verbes et noms, que les dictionnaires ne peuvent pas tous répertorier. Ce préfixe indique le retour à un état antérieur (refermer, renouer, reboucher), un changement de direction (retourner, rejeter), un renforcement (rechercher, remplir, rehausser), la répétition d’une action (redire, refaire, retourner, renvoyer), etc. Les mots formés avec ce préfixe ne prennent pas de trait d’union.

 

On a la forme re- devant un mot commençant par une consonne ou par un h dit « aspiré ».

 

Exemples :

 

- J’aimerais reconsidérer ma décision.

- On comprend souvent mieux un texte à la relecture.

- Ils doivent rehausser le plancher de la cuisine.

 

On a la forme - ou r- devant un mot commençant par une voyelle ou par un h dit « muet ».

 

Exemples :

 

- Elle a refusé de se réinscrire à l’université.

- Les techniques de réanimation n’ont donné aucun résultat. (ou : ranimation)

- Certains rajustements seront nécessaires. (ou : réajustements)

- Ils ont dû le réhydrater dès son arrivée à l’hôpital.

 

On a la forme res- devant un mot commençant par un s, sauf pour quelques exceptions comme resaler et resalir, afin d’éviter la prononciation z, habituelle quand le s se trouve entre deux voyelles.

 

Exemples :

 

- J’ai fait ressemeler mes bottes d’hiver.

- Il n’a pas hésité à se resservir dans tous les plats.

 

La graphie des mots comportant le préfixe re- cause parfois des hésitations, soit parce que deux graphies sont possibles (réécrire et récrire, réapprendre et rapprendre), soit parce que des mots d’une même famille s’écrivent différemment (rouvrir et rouvert mais réouverture).

 

Finalement, il faut éviter d’employer un verbe composé avec le préfixe re- lorsque le sens ne l’exige pas, par exemple relier au lieu de lier, rajouter au lieu de ajouter, rapporter au lieu de apporter, réchauffer au lieu de chauffer. Confondre les premiers et les seconds, et toujours employer la forme en re-, serait se priver d’un moyen d’expression fort utile.

 

Exemples :

 

- Je n’ai pas réussi à vous joindre  au téléphone. (et non : rejoindre)

- Sa fille est entrée à l’université cette année. (et non : rentrée)

- Cette règle se trouve à la page 120. (et non : retrouve)

- La veille de son départ, il lui a offert d’aller la conduire à l’aéroport. (et non : reconduire)

- C’est elle qui entre en scène la première. (et non : rentre en scène)

- Ils s’échauffent avant la partie. (et non : se réchauffent)

- Les documents à consulter sont groupés dans ce classeur. (et non : sont regroupés, mais : les documents étaient éparpillés et on les a regroupés)

- J’ai dû chercher ce mot dans un dictionnaire. (et non : rechercher, à moins qu’il ne s’agisse d’une nouvelle consultation sur le même mot)

- Il n’a pas pu ouvrir la boîte de l’appareil lorsqu’il l’a reçue. (et non : rouvrir, ni à plus forte raison réouvrir, qui est un barbarisme [mais le nom dérivé est réouverture])

 

Il faut aussi éviter d’employer dans la même phrase un verbe composé avec re- marquant la répétition et la locution adverbiale de nouveau, ce qui constituerait une redondance.

 

Exemples :

 

 

- Il est revenu hier (et non : il est revenu de nouveau)

- Il est venu de nouveau hier. (et non : il est revenu de nouveau)

 

 

Pour en savoir davantage, vous pouvez consulter les articles Lier et relier et Redemander de nouveau.

 



Haut


Site du gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles