Banque de dépannage linguistique


La grammaire
Le verbe > Accord du participe passé > Cas particuliers d'accord du participe passé



Participe passé précédé d'une fraction, d'un pourcentage ou d'un nom numéral

 

Avec un pourcentage ou une fraction suivis d’un complément, le participe passé peut s’accorder soit avec le pourcentage ou la fraction, soit avec le complément. Dans tous les cas, il faut tenir compte du sens donné aux divers éléments de la phrase. L’accord se fait avec l’élément qui prédomine.

 

Exemples :

 

-  Plus de 40 % des personnes consultées étaient en faveur de cette mesure.

-  Ils ont perdu la moitié des documents archivés (ou : archivée).

-  Vingt-cinq pour cent de la terre de Paul a été inondée.

-  Deux tiers de la population a été impliquée (ou : ont été impliqués) dans ce conflit.

-  Soixante-quinze pour cent de la clientèle que le Service de la publicité a consultée se sont montrés favorables à la nouvelle marque. (C’est toute la clientèle qui a été consultée.)

-  Les 75 % de la clientèle que le Service de la publicité a consultés se sont montrés favorables à la nouvelle marque. (On n’a consulté que 75 % de la clientèle.)

 

 

Si le complément du pourcentage ou de la fraction est sous-entendu et qu’il est singulier, le participe passé s’accorde avec l’expression de pourcentage ou la fraction, donc au masculin singulier dans le cas des pourcentages inférieurs à 2 %, et au masculin pluriel dans tous les autres cas. Si le complément sous-entendu est pluriel et qu’il s’agit de personnes, le participe passé s’accorde en genre et en nombre avec ce complément.

 

Exemples :

 

-  De cette somme, 1,5 % sera versé à des œuvres de bienfaisance.

-  Dans le budget de l’année prochaine, 10 % seront réservés à la promotion de nos services.

-  Parmi les personnes présentes, 20 % ont été incommodées par la chaleur.

 

 

Lorsqu’une fraction ou un pourcentage est précédé d’un déterminant (ces, les, etc.), l’accord du participe se fait avec l’expression du pourcentage.

 

Exemples :

 

-  Les 15 % des bénéfices réinvestis dans l’entreprise ont été rentables.

-  Les deux tiers du territoire ont été touchés par le séisme.

-  Les trente pour cent de la clientèle que le Service de la publicité a consultés connaissaient bien le produit.

-  Le 1,5 % le plus aisé financièrement sera touché par cette mesure.

 

 

Avec un nom numéral (dizaine, douzaine, centaine, etc.) précédé d’un déterminant indéfini et suivi d’un complément, l’accord du participe passé se fait souvent avec ce complément. La quantité exprimée, dans ce cas, est approximative.

 

Exemples :

 

-  Une centaine d’électrices et d’électeurs s’étaient volatilisés au moment de la consultation.

-  Une dizaine de clientes étaient là, attablées au comptoir.

-  Il y avait sur la place publique une quarantaine de voleurs condamnés à avouer leurs méfaits.

 

Toutefois, il faut toujours tenir compte du sens donné aux divers éléments car, dans certains cas, les deux accords sont possibles. Ainsi, si on peut parler indistinctement d’une douzaine d’œufs achetés ou achetée, on doit écrire : une douzaine d’œufs cassés.

 

 

Notons qu’il y a un espacement entre le nombre et le symbole % (pour cent), et qu’il est préférable d’éviter de commencer une phrase par un nombre écrit en chiffres. On peut toutefois faire une entorse à ces pratiques dans le contexte des réseaux sociaux.

 

 

Compléments :

 

Fraction et pourcentage (Sujet qui est une expression de quantité)

Nombre fractionnaire inférieur à deux (Nom après une expression de quantité ou de catégorie)

Écriture des nombres en lettres (Nombres)

Écriture des nombres (Rédaction dans les réseaux sociaux)

 

 

Article mis à jour en 2019

Haut

Date de la dernière actualisation de la BDL : septembre 2019

Déclaration de services aux citoyennes et aux citoyens | Accès à l'information | Politique de confidentialité

Portail du Gouvernement du Québec.

© Gouvernement du Québec, 2002