Banque de dépannage linguistique


Le vocabulaire
Pléonasmes



Apanage exclusif

 

L’enchaînement apanage exclusif que l’on trouve dans les exemples suivants constitue un pléonasme.

 

Exemples fautifs :

 

- La rêverie semble parfois être l’apanage exclusif des poètes.

- La politique n’est pas l’apanage exclusif des politiciens et des politologues; tous doivent s’y intéresser.

 

 

En effet, le mot apanage signifie « ce qui appartient en propre à quelqu’un ou à quelque chose, ce qui en est le privilège » et le mot exclusif signifie « qui exclut de tout partage ou qui appartient à une seule personne ou à un seul groupe de personnes ou de choses ». Il y a donc redondance puisque l’idée d’exclusivité ou de privilège est présente deux fois. Notons aussi que l’expression se construit avec les verbes être et avoir : être l’apanage de, avoir l’apanage de.

 

On écrirait plus correctement :

 

- La rêverie semble parfois être l’apanage des poètes.

- La politique n’est pas l’apanage des politiciens et des politologues; tous doivent s’y intéresser.

 

Cependant, l’expression apanage exclusif se trouve assez fréquemment, tant à l’oral qu’à l’écrit, même chez de grands auteurs. De plus, certains ouvrages la considèrent comme une sorte de superlatif intensif et non comme un pléonasme. On se rappelle que sur le plan grammatical, un superlatif exprime une qualité portée à un très haut degré ou au plus haut degré. Ici, l’ajout de exclusif à apanage viserait à renforcer l’idée d’exclusivité en laissant entendre qu’une chose ou une idée appartient vraiment en propre à quelqu’un ou à quelque chose et uniquement à cette personne ou à cette chose.

Haut

Date de la dernière actualisation de la BDL : novembre 2018

Déclaration de services aux citoyens | Commissaire à la qualité des services | Accès à l'information | Politique de confidentialité

Portail du Gouvernement du Québec.

© Gouvernement du Québec, 2002