Banque de dépannage linguistique


Les emprunts à l’anglais
Emprunts sémantiques



Charge

 

Le substantif charge a d’abord désigné, dans un sens concret, « ce qui pèse sur », « ce que peut porter un homme, un animal, un véhicule », puis, dans un sens abstrait, « ce qui constitue un effort imposé ». De ces acceptions procèdent diverses utilisations dans le domaine militaire, en psychologie, en hydrologie, en électricité, ou dans la langue juridique.

 

Il n’a pas, contrairement à l’anglais charge, le sens concret de « frais, supplément ». En français, charge ne s’emploie en parlant d’argent qu’au sens abstrait de « responsabilité, obligation » et prend souvent, dans ce sens, la forme plurielle (charges inhérentes à la copropriété, charges familiales ou sociales, par exemple). Employer le mot charge au sens d’« inculpation », de « chef d’accusation » ou de « réquisitoire » constitue également un anglicisme.

 

Exemples fautifs :

 

- Il n’y a pas de charge pour la livraison.

- On demande une légère charge de 2 $ pour entrer.

- La charge de cette vente a été faite au compte de votre entreprise.

- Je voudrais faire un appel à charges renversées.

- Une charge de harcèlement professionnel a été déposée contre lui.

 

Diverses tournures peuvent remplacer les anglicismes ci-dessus, par exemple :

 

- La livraison est gratuite.

- On demande un léger droit d’entrée de 2 $.

- L’imputation de cette vente a été faite au compte de votre entreprise.

- Je voudrais faire un appel à frais virés.

- Une plainte pour harcèlement professionnel a été déposée contre lui.

Haut

Date de la dernière actualisation de la BDL : novembre 2018

Déclaration de services aux citoyens | Commissaire à la qualité des services | Accès à l'information | Politique de confidentialité

Portail du Gouvernement du Québec.

© Gouvernement du Québec, 2002