Banque de dépannage linguistique


Les emprunts à l’anglais
Emprunts sémantiques



Délai

 

En français, le mot délai signifie « temps laissé pour faire quelque chose » ou « prolongation accordée pour l’accomplissement d’une tâche ».

 

Exemples :

 

- Nous traitons les commandes dans un délai de trois semaines suivant leur réception.

- Le professeur m’a accordé un délai de trois jours pour terminer ma recherche.

 

 

Délai n’a que très rarement le sens de « retard » qu’on lui prête couramment sous l’influence de l’anglais. Ainsi, on pourra dire indifféremment sans délai ou sans retard pour signifier « aussitôt », mais on parlera de retard à l’expiration d’un délai.

 

Exemple fautif :

 

- Nous sommes actuellement en rupture de stock : votre commande pourrait vous parvenir avec quelques jours de délai.

 

On écrira plutôt :

 

- Nous sommes actuellement en rupture de stock : votre commande pourrait vous parvenir avec quelques jours de retard.

 

 

Délai n’a pas non plus le sens de « ralentissement », de « lenteur » que l’anglais delay peut avoir. En outre, ce mot ne peut être employé seul dans le sens de « temps d’attente ». Les expressions correctes sont délai d’attente ou temps d’attente.

 

Exemple fautif :

 

- On signale des délais sur le boulevard Charest, entre Saint-Sacrement et Marie-de-l’Incarnation.

- La fréquentation accrue de ce service occasionne un délai de plus de trois heures.

 

On écrira plutôt :

 

- On signale un ralentissement sur le boulevard Charest, entre Saint-Sacrement et Marie-de-l’Incarnation.

- La fréquentation accrue de ce service occasionne un temps d’attente (ou un délai d’attente) de plus de trois heures.

 

 

Pour en savoir davantage, vous pouvez aussi consulter l’article Dans les meilleurs délais.

 

Haut

Date de la dernière actualisation de la BDL : décembre 2018

Déclaration de services aux citoyens | Commissaire à la qualité des services | Accès à l'information | Politique de confidentialité

Portail du Gouvernement du Québec.

© Gouvernement du Québec, 2002