Banque de dépannage linguistique


La typographie
Majuscules > Emploi de la majuscule pour des noms particuliers



Épiphanie

 

L’écriture des noms de fêtes civiles ou religieuses pose des problèmes quant à l’emploi des majuscules et du trait d’union. Lorsque le nom ne comporte qu’un seul mot, la majuscule est de rigueur. Lorsque le nom comporte plusieurs mots, la règle générale est de mettre une majuscule au nom spécifique, celui qui vient préciser la fête dont il s’agit, et une minuscule au nom générique (par ex. fête, jour). Cette règle n’est toutefois pas toujours respectée et l’on observe des graphies différentes selon les ouvrages.

 

 

Le mot Épiphanie vient du latin epiphania emprunté du grec epiphaneia qui signifie « apparition, manifestation » puisqu’il s’agit de Jésus qui s’est manifesté aux rois mages. Dans l’Église catholique, cette fête est fixée au 6 janvier et célébrée le premier dimanche après le 1er janvier. Épiphanie s’écrit toujours avec un É majuscule, sans oublier l’accent. On trouve, plus rarement, chez certains auteurs, un é minuscule.

 

Exemples :

 

- La tradition veut que l’on tire les rois le jour de l’Épiphanie.

- À l’Épiphanie, la galette des Rois est toujours appréciée.

 

Les synonymes de Épiphanie s’écrivent avec une majuscule au second terme, le terme spécifique : le jour des Rois, la fête des Rois, les Rois.

 

Exemples :

 

- Le jour des Rois, la famille est réunie autour de la galette des Rois.

- À la fête des Rois, tout le monde a hâte de savoir qui sera couronné.

- Il ne reprend habituellement le travail qu’après les Rois.

Haut

Date de la dernière actualisation de la BDL : novembre 2018

Déclaration de services aux citoyens | Commissaire à la qualité des services | Accès à l'information | Politique de confidentialité

Portail du Gouvernement du Québec.

© Gouvernement du Québec, 2002