Banque de dépannage linguistique


Le vocabulaire
Pléonasmes



Inaugurer l'ouverture

 

L’enchaînement inaugurer l’ouverture que l’on trouve dans les exemples suivants est considéré comme pléonastique.

 

Exemples fautifs :

 

- En avril dernier, on a inauguré l’ouverture du Salon de la femme. 

- Le ministre de l’Éducation a inauguré hier l’ouverture d’une école primaire.

- Cette écrivaine était fière d’inaugurer l’ouverture de la bibliothèque qui porte son nom.

 

En effet, le verbe inaugurer signifie « célébrer l’achèvement (d’un monument), mettre officiellement en service quelque chose à usage public (édifice, exposition, etc.) par une cérémonie solennelle » et le nom ouverture renvoie à l’action d’inaugurer, de commencer. Il y a donc redondance puisque l’idée d’inauguration est présente deux fois.

 

On écrirait plus correctement :

 

- En avril dernier, on a souligné l’ouverture du Salon de la femme. 

- Le ministre de l’Éducation a inauguré hier une école primaire.

- Cette écrivaine était fière de souligner l’ouverture de la bibliothèque qui porte son nom.

 

 

Le verbe inaugurer est un emprunt au latin classique inaugurare « prendre les augures, consacrer ».

 

 

Les expressions inauguration officielle et inaugurer officiellement sont également considérées comme des pléonasmes puisque, dans les deux cas, il est question de consacrer ou de livrer au public solennellement un édifice, un monument, un pont, etc. Il suffit donc de dire inauguration ou inaugurer puisque l’aspect officiel ou solennel de l’action est sous-entendu.

 

Exemple :

 

- L’inauguration de cette statue a fait couler beaucoup d’encre.

 

Haut

Date de la dernière actualisation de la BDL : novembre 2018

Déclaration de services aux citoyens | Commissaire à la qualité des services | Accès à l'information | Politique de confidentialité

Portail du Gouvernement du Québec.

© Gouvernement du Québec, 2002