Banque de dépannage linguistique


Le vocabulaire
Pléonasmes



Monopole exclusif

 

L’enchaînement monopole exclusif que l’on trouve dans les exemples suivants est considéré comme pléonastique.

 

Exemples fautifs :

 

- Cette entreprise a longtemps eu le monopole exclusif des services de téléphonie.

- La Société détient le monopole exclusif de la vente de spiritueux sur tout le territoire québécois.

- À l’entendre, on croirait que cette femme a le monopole exclusif de la vertu.

 

Le mot monopole vient du mot grec monopôlion « droit de vendre seul certaines denrées », formé à partir des éléments mono et pôlein, qui signifient respectivement « seul » et « vendre ». En français, le nom monopole signifie « privilège exclusif, de droit ou de fait, que possède un individu, une entreprise ou un organisme public de fabriquer, de vendre ou d’exploiter certains biens ou services » et l’adjectif exclusif désigne ce qui appartient à un seul par privilège spécial. L’emploi figuré du mot monopole au sens de « possession exclusive et souvent arbitraire de quelque chose » est également bien attesté. Il y a donc redondance puisque l’idée d’exclusivité est présente deux fois. Chacun des deux mots renvoie à un privilège qui exclut tout partage.

 

On écrirait plus correctement :

 

- Cette entreprise a longtemps eu le monopole des services de téléphonie.

- La Société détient le monopole de la vente de spiritueux sur tout le territoire québécois.

- À l’entendre, on croirait que cette femme a le monopole de la vertu.

 

 

Enfin, outre le dérivé monopolistique, certains ouvrages relèvent les adjectifs monopolique et monopoliste au sens de « qui détient un monopole ».

 

Exemple :

 

- Les entreprises monopoliques menacent l’équilibre du marché.

Haut

Date de la dernière actualisation de la BDL : novembre 2018

Déclaration de services aux citoyens | Commissaire à la qualité des services | Accès à l'information | Politique de confidentialité

Portail du Gouvernement du Québec.

© Gouvernement du Québec, 2002