Banque de dépannage linguistique


Le vocabulaire
Pléonasmes



Panacée universelle

 

L’enchaînement panacée universelle que l’on trouve dans les exemples suivants est considéré comme pléonastique.

 

Exemples fautifs :

 

- Plusieurs souhaiteraient faire du végétarisme la panacée universelle.

- L’aspirine est une bonne chose; ce n’est pourtant pas la panacée universelle

- Elle prétend détenir la panacée universelle contre les problèmes de société.

 

En effet, le nom panacée signifie « remède universel, agissant sur toutes les maladies » et l’adjectif universel signifie « qui s’étend, s’applique à la totalité des objets (personnes ou choses) que l’on considère ». Il y a donc redondance puisque l’idée d’universalité est présente deux fois. Chacun des deux mots concerne l’ensemble, la totalité des êtres et des choses.

 

On écrirait préférablement :

 

- Plusieurs souhaiteraient faire du végétarisme la panacée.

- L’aspirine est une bonne chose; ce n’est pourtant pas le remède universel

- Elle prétend détenir la panacée contre les problèmes de société.

 

 

En français, le mot panacée vient du mot latin panacea, qui a lui-même été emprunté au grec panakeia, de pan- « tout » et akos « remède ». À l’origine, le nom grec panakeia désignait une plante imaginaire servant de remède universel, personnifiée par la fille d’Asclépios, le dieu grec de la santé et de la médecine. Le mot universel vient quant à lui du latin classique universus « tout entier ».

 

 

L’emploi figuré du mot panacée avec le sens de « ce que l’on croit capable de guérir tous les maux, de répondre à tous les besoins, de résoudre tous les problèmes » est également bien attesté.

 

Exemple :

 

- L’automatisation n’est pas une panacée; pour être vraiment heureux, l’homme doit redéfinir son rapport au travail.

 

L’expression pléonastique panacée universelle vient sans doute du fait que le sens étymologique du terme panacée s’est perdu au fil du temps et que l’usage n’a finalement retenu que le sens de « remède ». Voilà pourquoi on trouve fréquemment dans l’usage, outre le pléonasme très répandu, des tours tels que la panacée de tous les maux, une panacée qui guérit tout ou, même, la panacée universelle pour tous les maux. Certains grammairiens ne condamnent pas ces expressions pléonastiques parce qu’ils reconnaissent la restriction de sens que le mot a connue. Cependant, il faut savoir que l’expression demeure condamnée dans une grande majorité d’ouvrages et qu’il convient d’éviter le pléonasme, en particulier dans les textes soutenus.

 

 

Finalement, on notera que le mot panacée est féminin et qu’il s’écrit avec un e.

Haut

Date de la dernière actualisation de la BDL : novembre 2018

Déclaration de services aux citoyens | Commissaire à la qualité des services | Accès à l'information | Politique de confidentialité

Portail du Gouvernement du Québec.

© Gouvernement du Québec, 2002