Banque de dépannage linguistique


La prononciation
Notions de base en phonétique



Articulation des voyelles

 

Les voyelles se caractérisent par le passage libre de l'air dans la cavité buccale. Elles diffèrent l'une de l'autre par la forme et la grandeur de cette cavité, qui agit comme caisse de résonance. Pour décrire et classer les voyelles, on utilise habituellement quatre traits articulatoires : l’aperture, le lieu d’articulation, la résonance labiale et la nasalité.

 

L’aperture correspond au degré d’ouverture de la bouche au moment de la prononciation; la langue pouvant être plus ou moins éloignée du palais, la différence entre les voyelles se fait selon un axe vertical. En français, il existe quatre degrés d'aperture : fermé, mi-fermé, mi-ouvert et ouvert.

 

Les voyelles fermées sont [i] (i) comme dans nid, [y] (u) comme dans nu, et [u] (ou) comme dans pou. La bouche est presque fermée, les dents du bas sont proches de celles du haut et la langue est dans la position la plus rapprochée du palais.

 

Les voyelles mi-fermées sont [é] (é) comme dans thé, [0] (eu) comme dans feu, [o] (o fermé) comme dans pot et [8] (in) comme dans pain. La bouche est légèrement plus ouverte et la langue occupe une position intermédiaire.

 

Les voyelles mi-ouvertes sont [E] (è) comme dans lait, [4] (eu ouvert) comme dans peur, [O] (o ouvert) comme dans port, [6] (un) comme dans brun et [7] (on) comme dans pont. La bouche s’ouvre encore plus et la langue s'éloigne davantage du palais.

 

Enfin, les voyelles ouvertes sont [a] (a) comme dans ma, [A] comme dans bas et [2] (an) comme dans blanc. La bouche est très ouverte et la langue est dans la position la plus basse.

 

Les voyelles s'opposent aussi selon un axe horizontal, qui correspond au lieu d’articulation dans la bouche. Les voyelles prononcées à l’avant de la bouche sont dites antérieures; ce sont les voyelles [i], [y], [é], [0], [E], [4], [a], [8], [2] et [6]. Les voyelles prononcées à l’arrière de la bouche sont dites postérieures; ce sont les voyelles [u], [o], [O], [A] et [7]. La voyelle [e] est dite centrale puisqu'elle se prononce au centre de la bouche.

 

La résonance labiale correspond à la position des lèvres. Si les lèvres sont projetées vers l'avant au moment de l’articulation, les voyelles sont arrondies (ou labiales); c'est le cas des voyelles [y], [0], [4], [a], [u], [o], [O], [A], [e], [7], [2] et [6]. Si les lèvres sont rétractées vers l'arrière, on dira que les voyelles sont non arrondies; ce sont les voyelles [i], [é], [E] et [8].

 

Enfin, le dernier critère de classement des voyelles est la nasalité. Si le voile du palais s’abaisse et permet à l’air de s’échapper par le nez, on parle de voyelles nasales; il n'y a que quatre voyelles nasales, [8], [7], [2] et [6]. Si l’air s’échappe uniquement par la bouche, il s'agit de voyelles orales; les douze autres voyelles du français sont orales.

 

Étant donné que les voyelles nasales an et in, représentées dans l'API par les symboles [9] et [*], se prononcent un peu différemment au Québec, nous avons choisi d'utiliser les signes [2] et [8], habituels dans les ouvrages spécialisés, pour transcrire ces sons.

 

Pour en savoir davantage sur les voyelles françaises, vous pouvez consulter l'article Les voyelles.

 

 

Pour vous familiariser avec les symboles de l'API utilisés dans la BDL, vous pouvez consulter l'article Alphabet phonétique international.

Haut

Date de la dernière actualisation de la BDL : novembre 2018

Déclaration de services aux citoyens | Commissaire à la qualité des services | Accès à l'information | Politique de confidentialité

Portail du Gouvernement du Québec.

© Gouvernement du Québec, 2002