Banque de dépannage linguistique


La typographie
Majuscules > Emploi de la majuscule pour des noms particuliers



Jour du Drapeau

 

L’écriture des noms de fêtes civiles ou religieuses pose des problèmes quant à l’emploi des majuscules et du trait d’union. Lorsque le nom ne comporte qu’un seul mot, la majuscule est de rigueur. Lorsque le nom comporte plusieurs mots, la règle générale est de mettre une majuscule au nom spécifique, celui qui vient préciser la fête dont il s’agit, et une minuscule au nom générique (par ex. fête, jour). Cette règle n’est toutefois pas toujours respectée et l’on observe des graphies différentes selon les ouvrages.

 

Bien que l’on trouve différentes graphies pour le jour du Drapeau, il convient ici de respecter la règle générale en mettant une minuscule à jour et une majuscule au nom spécifique, Drapeau.

 

Exemple :

 

- C’est en 1999 que le gouvernement québécois a décrété que le 21 janvier serait le jour du Drapeau.

 

 

La loi de 1999 définit ainsi le drapeau national : « Drapeau bleu chargé d’une croix blanche accompagnée, dans chaque canton, d’une fleur de lis blanche ou, en termes héraldiques, d’azur à la croix d’argent cantonnée de quatre fleurs de lys du même. »

 

Dès 1760, le peuple du Québec manifeste son intention d’adopter un drapeau national. Toutefois, ce n’est que le 21 janvier 1948, sous le gouvernement de Maurice Duplessis, à la suite de deux motions déposées par le député René Chalout, que le fleurdelisé devient l’emblème distinctif du Québec. Déjà, en 1902, en raison de sa composition, l’Assemblée législative avait nommé ce drapeau fleurdelisé.

 

Au Canada, le jour du Drapeau est célébré le troisième lundi de février, qui est un jour de fête légale. Dans d’autres pays, on célèbre également le jour du Drapeau, par exemple en Suède, le 6 juin et en Argentine, le 20 juin.

Haut

Date de la dernière actualisation de la BDL : novembre 2018

Déclaration de services aux citoyens | Commissaire à la qualité des services | Accès à l'information | Politique de confidentialité

Portail du Gouvernement du Québec.

© Gouvernement du Québec, 2002