Banque de dépannage linguistique


Le vocabulaire
Nuances sémantiques



Ennuyant et ennuyeux

 

On confond parfois les mots ennuyant et ennuyeux. En effet, ces deux adjectifs prêtent à confusion puisqu’ils présentent un sens commun, soit celui de « qui ennuie ».

 

 

Le mot ennuyant signifie « qui provoque de l’ennui, de la lassitude, du désagrément; qui ennuie passagèrement ».

 

Exemples :

 

- Nous avons vu un film plutôt ennuyant.

- Cette conversation est ennuyante; changeons de sujet.

- Sa mauvaise humeur est très ennuyante; elle crée un malaise chez tous les invités.

- Quel contretemps ennuyant! Il faudra réviser notre échéancier.

 

Le mot ennuyeux signifie « qui cause toujours de l’ennui, est monotone » ou « qui est propre à contrarier, fâcheux, regrettable ».

 

Exemples :

 

- Quand on parcourt de grandes distances, la voiture a toujours des ratés et ces problèmes mécaniques sont très ennuyeux.

- C’est particulièrement ennuyeux de perdre son emploi juste avant Noël.

- Voilà une personne bien ennuyeuse : sa conversation manque toujours de profondeur.

- Je ne me suis jamais intéressé à ce sujet, qui me semble ennuyeux.

- Plusieurs boudent ces emplois jugés trop ennuyeux.

 

En résumé, ce qui est ennuyant est contrariant et cause un désagrément passager, et ce qui est ennuyeux est assommant et cause un désagrément constant ou très fréquent.

 

Exemples :

 

- Habituellement, ce professeur est très intéressant, mais aujourd’hui il est ennuyant.

- C’est ennuyant, on devra reporter notre pique-nique. Ces caprices de la météo sont ennuyeux.

 

 

L’adjectif ennuyant est très fréquemment employé au Québec, en Belgique et dans les Antilles. Il faut cependant savoir qu’il est considéré comme vieilli et régional dans le reste de la francophonie, où l’adjectif ennuyeux réunit les deux emplois.

Haut

Date de la dernière actualisation de la BDL : novembre 2018

Déclaration de services aux citoyens | Commissaire à la qualité des services | Accès à l'information | Politique de confidentialité

Portail du Gouvernement du Québec.

© Gouvernement du Québec, 2002