Banque de dépannage linguistique


Le vocabulaire
Paronymes



Luxurieux et luxuriant

 

On confond parfois les adjectifs luxurieux et luxuriant, qui sont apparentés par l’étymologie, mais qui présentent des significations différentes.

 

L’adjectif luxurieux, qui correspond au nom luxure, signifie « qui se livre sans retenue aux plaisirs sexuels » et « empreint de lascivité ou inspiré par les plaisirs sexuels ». Le substantif luxure vient du latin luxuria qui avait notamment un sens associé à la végétation et l’acception surtout religieuse d’« abandon aux plaisirs sexuels », seul sens qu’il a conservé aujourd’hui. Quant à luxurieux, attesté depuis le XIIe siècle, il fut associé aux deux significations et fut restreint à la deuxième lorsque luxuriant est entré dans l’usage.

 

Exemples :

 

- Le personnage principal de ce roman est un homme avare, luxurieux et rusé.

- Brûlants de désir, les amoureux dansèrent un tango luxurieux.

- Ces contes luxurieux sont destinés à un public adulte.

 

 

L’adjectif luxuriant signifie « qui pousse en abondance », en parlant des végétaux. Par analogie, il a aussi le sens figuré de « caractérisé par l’abondance ou l’exubérance ». Cet adjectif est attesté depuis environ 1120 et vient du latin luxurians, participe présent de luxuriare qui signifiait « être surabondant » et « s’adonner à la volupté ». Ce dernier sens, dont l’emploi était plutôt rare, a été laissé à l’adjectif luxurieux. Ce n’est qu’au milieu du XVIIIe siècle que fut créé le nom luxuriance, qui correspond à l’adjectif luxuriant.

 

Exemples :

 

- Le Sri Lanka est réputé pour ses plages dorées et ses jungles luxuriantes.

- Cette symphonie témoigne de l’imaginaire coloré et luxuriant de son auteur.

- Des couleurs riches et luxuriantes caractérisent les œuvres se réclamant de l’art nouveau.

Haut

Date de la dernière actualisation de la BDL : novembre 2018

Déclaration de services aux citoyens | Commissaire à la qualité des services | Accès à l'information | Politique de confidentialité

Portail du Gouvernement du Québec.

© Gouvernement du Québec, 2002