Banque de dépannage linguistique


Les emprunts à l’anglais
Emprunts syntaxiques



Sur

 

Dans son emploi le plus concret, la préposition sur marque la position d’un objet par rapport à un autre situé plus bas avec lequel il est en contact. Elle peut également exprimer des rapports plus abstraits comme indiquer la direction d’un mouvement.

 

Exemples :

 

- Où est passé mon crayon? - Il est devant ton nez, sur la table.

- Une note était épinglée sur la porte.

- Les troupes sont revenues sur la capitale.

- Nous reviendrons sur cette question cet après-midi.

- Sur le plan formel, son texte est irréprochable.

 

 

Les emplois de sur sont nombreux, mais cette polyvalence ne doit pas inciter à calquer son utilisation sur celle de la préposition anglaise on (to sit on a committee, on the plane, etc.). On s’inspirera des exemples ci-dessous pour corriger certaines expressions fautives.

 

Exemples fautifs :

 

- Je n’ai jamais le temps sur semaine.

- Michel est sur le comité du non.

- J’ai eu un malaise sur les heures de travail.

- Elle est sur le conseil d’administration depuis deux ans.

- René siège sur le jury du concours.

- On n’a pas le droit de fumer sur l’avion.

- Les enfants jouent ensemble sur la cour de l’école.

- Au travail, j’ai la possibilité d’être sur l’horaire variable.

 

On écrira plutôt, par exemple :

 

- Je n’ai jamais le temps en semaine.

- Michel fait partie du comité du non.

- J’ai eu un malaise pendant les heures de travail.

- Elle siège au conseil d’administration depuis deux ans. (ou : est membre du conseil)

- René siège au jury du concours.

- On n’a pas le droit de fumer dans l’avion.

- Les enfants jouent ensemble dans la cour de l’école.

- Au travail, j’ai la possibilité d’avoir un horaire variable. (ou : de bénéficier de l’horaire variable)

 

Haut

Date de la dernière actualisation de la BDL : novembre 2018

Déclaration de services aux citoyens | Commissaire à la qualité des services | Accès à l'information | Politique de confidentialité

Portail du Gouvernement du Québec.

© Gouvernement du Québec, 2002