Banque de dépannage linguistique


Le vocabulaire
Barbarismes lexicaux



Dilemne

 

On utilise parfois à tort dilemne au lieu de dilemme. En effet, la forme dilemne n’existe pas et constitue un barbarisme.

 

Le nom dilemme vient du grec dilemma, de dis- « deux » et lêmma « argument », soit « argument à deux fins ». En français, le nom dilemme désigne une alternative contenant deux propositions contraires ou contradictoires, comportant toutes deux des inconvénients, et entre lesquelles on doit choisir.

 

Exemples :

 

- Il était devant un terrible dilemme : s’il parlait, il trahissait ses amis et s’il se taisait, il se rendait complice d’un crime. (et non : dilemne)

- Elle fait face à un cruel dilemme. (et non : dilemne)

 

On se gardera donc de remplacer, à l’écrit comme à l’oral, le deuxième m par un n, peut-être par analogie avec le mot indemne. Notons par ailleurs que cette faute, très fréquente, se trouve même chez de grands auteurs du XIXe siècle.

 

Un truc simple consiste à se rappeler que dilemme se termine par le son [m] comme problème, deux noms qui sont d’ailleurs liés par leur sens.

Haut

Date de la dernière actualisation de la BDL : novembre 2018

Déclaration de services aux citoyens | Commissaire à la qualité des services | Accès à l'information | Politique de confidentialité

Portail du Gouvernement du Québec.

© Gouvernement du Québec, 2002