Banque de dépannage linguistique


Le vocabulaire
Barbarismes lexicaux



En définitif

 

On utilise parfois à tort l’expression en définitif pour en définitive. En effet, l’expression en définitif n’existe plus et constitue maintenant un barbarisme.

 

 

La locution adverbiale en définitive est formée d’après l’adjectif définitive, qui vient du bas latin definitivus « fixé, décisif ». En français, en définitive signifie « après tout, tout bien considéré, en conclusion, en dernière analyse ».

 

Exemples :

 

- Il était en définitive le meilleur cardiologue de la région. (et non : en définitif)

- En définitive, il vaut mieux réévaluer la situation avant d’intervenir. (et non : en définitif)

- Ses enfants étaient, en définitive, ce qui comptait le plus pour elle. (et non : en définitif)

- Elle écoutait ses conseils qu’en définitive elle ne suivait jamais. (et non : en définitif)

 

En fait, les deux locutions ont déjà eu cours en français, mais en définitif est tombée en désuétude au profit de en définitive, bien qu’on relève encore en définitif chez certains auteurs français des XIXe et XXe siècles. Aux XVIe et XVIIe siècles, on trouvait en effet les deux locutions, en définitif et en définitive, qui étaient des raccourcis des expressions juridiques en jugement définitif et en sentence définitive. La fréquence d’usage de l’expression en sentence définitive a fait que la locution elliptique en définitive est devenue de plus en plus usitée, pour finalement devenir la seule forme aujourd’hui admise dans les ouvrages de référence. Cette forme a bien sûr connu depuis une extension de sens.

 

 

Haut

Date de la dernière actualisation de la BDL : novembre 2018

Déclaration de services aux citoyens | Commissaire à la qualité des services | Accès à l'information | Politique de confidentialité

Portail du Gouvernement du Québec.

© Gouvernement du Québec, 2002