Banque de dépannage linguistique


Le vocabulaire
Barbarismes lexicaux



Disgression

 

On utilise parfois à tort le mot disgression pour digression. En effet, la forme disgression n’existe pas et constitue un barbarisme.

 

 

Le mot digression vient du latin digressio « action de s’éloigner ». En rhétorique, le mot latin digressio signifie plus précisément « action de s’écarter du sujet ». En français, le nom digression désigne couramment un développement oral ou écrit qui s’écarte du thème principal.

 

Exemples :

 

- Dans ses discours, Pierre se lance souvent dans des digressions philosophiques. (et non : disgressions)

- Après avoir fait une longue digression, il est revenu à notre sujet. (et non : disgression)

- J’aime bien cet auteur dont les textes sont toujours ponctués de digressions amusantes sur le genre humain. (et non : disgressions)

 

 

L’emploi erroné et très fréquent de disgression pour digression peut s’expliquer par l'influence de mots formés du préfixe dis-, qui indique la séparation, la différence ou le défaut, comme discontinuer, disjoindre, disjoncter, disparaître et disharmonie. Par analogie, on ajoute un s après di- pour rattacher digression à cette série lexicale. Comme le nom digression évoque l’idée d’une séparation d’avec le propos principal, la forme dis- semble s’être imposée dans l’esprit de certains locuteurs. En fait, digression vient du latin digressio, qui vient lui-même de digredi « s’éloigner du sujet » formé justement du préfixe dis- et de gredi « marcher, s’avancer ». Cependant, en latin le s de dis- disparaissait devant la consonne g.

 

Haut

Date de la dernière actualisation de la BDL : octobre 2018

Déclaration de services aux citoyens | Commissaire à la qualité des services | Accès à l'information | Politique de confidentialité

Portail du Gouvernement du Québec.

© Gouvernement du Québec, 2002