Banque de dépannage linguistique


La prononciation
Notions de base en phonétique



L'hiatus

 

Le mot hiatus, de hiare « être béant », signifie en latin « ouverture ». En linguistique, on définit un hiatus comme la rencontre de deux voyelles phonétiques, soit à l’intérieur d’un mot, soit entre deux mots. L'hiatus au sein d'un mot est fréquent; il se produit entre deux voyelles appartenant à deux syllabes contiguës et il ne pose pas de problème particulier. On a par exemple : aérer [], béatitude [béatityd], coopération [kOOpéRasj7], cahot [kao], déhancher [dé2], oasis [Oazis].

 

Par contre, à la frontière entre deux mots, différents moyens permettent d'éviter les hiatus, dont la liaison.

 

Exemples :

 

-  les enfants [z2f2]; le s de les est prononcé [z] et évite l'hiatus [lé2f2]

-  mon ami [m7nami]; le n de mon est prononcé et évite l'hiatus [m7ami]

-  deux heures [d0z4R]; le x de deux est prononcé [z] et évite l'hiatus [d04R]

 

L'ajout d'une consonne dite euphonique (t ou s) permet également d’éviter les hiatus.

 

Exemples :

 

-  A-t-elle changé? [atElS2Gé]; l'ajout du t euphonique évite l'hiatus [aElS2Gé]

-  Vas-y! [vazi]; l'ajout du s euphonique, prononcé [z], évite l'hiatus [vai]

 

On évite autant que possible les hiatus pour maintenir une structure syllabique consonne-voyelle, forme de syllabe privilégiée en français.

 

Pour en savoir davantage, vous pouvez consulter les articles La syllabe, T euphonique et S euphonique.

 

 

Pour vous familiariser avec les symboles de l'API utilisés dans la BDL, vous pouvez consulter l'article Alphabet phonétique international.

 

Haut

Date de la dernière actualisation de la BDL : novembre 2018

Déclaration de services aux citoyens | Commissaire à la qualité des services | Accès à l'information | Politique de confidentialité

Portail du Gouvernement du Québec.

© Gouvernement du Québec, 2002