Banque de dépannage linguistique


Le vocabulaire
Impropriétés



Péril en la demeure

 

L’expression il y a péril en la demeure signifie « il y a un risque à attendre; il faut agir rapidement ». La variante il n'y a pas péril en la demeure, utilisée plus couramment, signifie donc « il n’y a pas d’urgence ».

 

Exemples :

 

- Le bilan provisoire des victimes de la fièvre aphteuse s’avère catastrophique; il y a péril en la demeure.

- Entre 10 et 17 millions d’hectares de forêt disparaissent chaque année : il y a péril en la demeure, nous devons consentir plus d’efforts pour sauver notre planète.

- Comme il n'y avait pas péril en la demeure, les policiers n’étaient pas autorisés à disperser les manifestants.

- Pourquoi précipiter la réforme municipale? Il n'y a pas péril en la demeure.

 

Le mot demeure a ici le sens ancien de « fait de demeurer, de tarder; retard », qui ne survit que dans cet usage. Le mot demeure vient du latin demorari, qui signifiait « tarder, s’arrêter ». Littéralement, l’expression veut donc dire « il y a péril dans le retard ». Une erreur courante consiste à croire que cette expression signifie « il y a du danger à l’intérieur de la maison, du domicile », en donnant à demeure le seul sens qu’il a maintenant. Ce glissement sémantique cause peu de problèmes dans les tournures négatives, puisque affirmer qu’il n’y a pas de danger dans la maison implique souvent qu’il n’y a pas d’urgence; toutefois, dans les phrases affirmatives, ce glissement peut créer un contresens, puisque le fait qu’il y ait danger dans un endroit ne signifie pas nécessairement qu'il y ait urgence et qu'il faille agir rapidement.

 

Exemples fautifs :

 

- Lorsque des enfants se trouvent dans la maison, il y a toujours péril en la demeure. (Il faudrait plutôt dire : il y a toujours lieu d’être vigilant.)

- On constate une politisation de plus en plus marquée de certains tribunaux au Canada. Y a-t-il pour autant péril en la demeure pour la démocratie canadienne? (Il faudrait plutôt dire : Y a-t-il pour autant matière à s'inquiéter en ce qui concerne la démocratie canadienne?)

- À la veille du premier janvier 2000, la population mondiale s’est inquiétée, alors qu’il n’y avait pas péril en la demeure. (Il faudrait plutôt dire : alors que la planète n'était nullement en danger.)

Haut

Date de la dernière actualisation de la BDL : novembre 2018

Déclaration de services aux citoyens | Commissaire à la qualité des services | Accès à l'information | Politique de confidentialité

Portail du Gouvernement du Québec.

© Gouvernement du Québec, 2002