Banque de dépannage linguistique


La rédaction et la communication
Rédaction administrative et commerciale > Documents relatifs à la tenue de réunions



Compte rendu

 

Le compte rendu ne présente pas un caractère aussi officiel que le procès-verbal. C’est une forme de rapport complet mais succinct, moins détaillé et moins rigide que le procès-verbal et à caractère plus informatif que juridique. Comme tout écrit administratif, il doit être rédigé avec exactitude, clarté, objectivité et concision. Il est conseillé d’employer le temps présent. On peut le rédiger en employant des phrases complètes – tout en évitant les phrases trop longues – mais aussi, lorsque le contenu s’y prête, le formuler dans un style télégraphique.

 

Lorsqu’il porte sur le déroulement d’une réunion, le compte rendu se présente, de manière générale, comme le procès-verbal. On y rappelle d’abord le lieu et l’endroit de la réunion ainsi que le nom des personnes participantes. Puis on annonce le contenu de l’ordre du jour. Suit l’essentiel des discussions présenté chronologiquement ou par thème suivant un ordre logique. S’il n’y a pas d’ordre du jour, on énumérera les thèmes abordés avant de les reprendre un à un pour en faire la synthèse. Le compte rendu n’exige pas de coller aussi étroitement aux échanges que le procès-verbal. Il s’agit de résumer les discussions et les décisions qui ont été prises pour chacun des sujets qui ont été traités. Chacun des points discutés fait l’objet d’un paragraphe. Enfin, on termine le compte rendu par la mention de l’heure à laquelle a pris fin la réunion. Le nom de la personne qui l’a rédigé figure au bas du document.

 

Ce type d’écrit est souvent utilisé pour rendre compte de réunions de travail sans caractère officiel organisées librement. Il n’a pas à être soumis pour approbation lors d’une prochaine réunion. Il s’agit plutôt d’un aide-mémoire à usage interne. Ainsi, en consignant dans un compte rendu l’essentiel d’une réunion, on facilite la poursuite de la réflexion ou le passage à l’action à partir d’un texte qui fait consensus.

 

On peut aussi avoir à rédiger un compte rendu à la suite d’une activité, d’un entretien, d’une mission, pour faire état d’un problème, de l’avancement d’une recherche, pour relater une conférence, etc. Dans ces cas, la forme du compte rendu est un peu différente; on indique l’objet du compte rendu que l’on fait suivre soit d’un texte suivi, soit d’une énumération de points pour lesquels un résumé des faits est donné sous chacun d’eux. Il importe de se rappeler que ce type d’écrit doit toujours être succinct, précis et adapté aux besoins de ses destinataires. L’auteur du compte rendu doit éviter de faire état de ses opinions, il se contente de résumer les faits.

 

Que ce soit en vue d’un compte rendu ou d’un procès-verbal, la prise de notes peut sembler un exercice difficile. Certains ont recours à des procédés qui leur facilitent la tâche. Ainsi, on peut constituer son propre code d’abréviations et de signes (à ce sujet, voir l’article Abréviations et signes pour la prise de notes), se garder des marges et des interlignes pour les ajouts ou n’utiliser que le recto des feuilles. On peut également se servir de formulaires que l’on aura élaborés au préalable, selon ses besoins, et qui comporteront des titres et des espaces (souvent sous forme de colonnes) dans lesquels on inscrira les éléments de la discussion (à ce sujet, voir les articles Exemples de formulaire utile à la prise de notes et Exemples de formulaire utile à la prise de notes (2)).

 

Compte rendu s’abrège en c. r. dans la langue courante et fait, au pluriel, des comptes rendus. Certains ouvrages attestent la graphie avec trait d'union.

 

Il faut éviter d’employer l’anglicisme minutes dans le sens de « compte rendu ».

 

Pour en savoir davantage, vous pouvez consulter les articles Exemple de compte rendu de réunion et Procès-verbal.

 

Haut

Date de la dernière actualisation de la BDL : novembre 2018

Déclaration de services aux citoyens | Commissaire à la qualité des services | Accès à l'information | Politique de confidentialité

Portail du Gouvernement du Québec.

© Gouvernement du Québec, 2002