Banque de dépannage linguistique


La prononciation
Prononciation de mots particuliers



Alcool

 

Le mot alcool nous est venu du latin qui l'avait lui-même emprunté à l'arabe (al-kuhl), où la particule al correspond à l'article le ou la. Plusieurs autres mots de forme semblable ont été empruntés à cette langue : algèbre, alchimie, algorithme, etc.

 

D'abord employé dans le vocabulaire de l'alchimie, le mot alcool a pris par la suite le sens de « liquide distillé » et est devenu usuel au début du XIXe siècle. On l'a écrit alcohol ou alkohol, puis alcool.

 

Les prononciations [alkoOl] ou [alkOOl] (al-ko-ol) avec deux o, que l'on entend encore couramment au Québec, ne sont pas attribuables à l'anglais, comme certains spécialistes de la langue l'ont conclu trop rapidement, mais elles ont été héritées de France où, jusqu'au XIXe siècle, la prononciation des deux o était courante. Dans l'usage actuel, il est cependant préférable de prononcer alcool et tous ses dérivés comme s'il n'y avait qu'un seul o, ouvert, comme dans colle. Ainsi, on prononcera : alcool [alkOl] (al-kol); alcoolisme [alkOlism] (al-ko-lis-me); alcooliser [alkOlizé] (al-ko-li-zé); alcoolémie [alkOlémi] (al-ko-lé-mi). Quant à alcootest, il peut se prononcer avec un o ouvert ou fermé, c'est-à-dire [alkOtEst] ou [alkotEst] (al-ko-test).

 

 

Pour vous familiariser avec les symboles de l'API utilisés dans la BDL, vous pouvez consulter l'article Alphabet phonétique international.

Haut

Date de la dernière actualisation de la BDL : décembre 2018

Déclaration de services aux citoyens | Commissaire à la qualité des services | Accès à l'information | Politique de confidentialité

Portail du Gouvernement du Québec.

© Gouvernement du Québec, 2002