Banque de dépannage linguistique


La prononciation
Prononciation de mots particuliers



L'on

 

Le l' qui accompagne parfois le pronom on est avant tout historique et non euphonique. On vient du nom latin homo « homme ». Étant à l'origine un nom, on l'employait avec l'article défini l' (forme élidée de le). L'on avait déjà un sens indéfini et signifiait « l'homme en général, les hommes ». Courante jusqu'au XVIIe siècle, cette forme est maintenant propre à la langue écrite, littéraire ou soutenue. L'emploi de l'on n'est jamais obligatoire, mais il convient dans les contextes où une langue soignée est de mise.

 

Dans la langue courante, l'on a été remplacé par on, sauf dans certains emplois pour des raisons d'euphonie. Ainsi, après les mots et, ou, , que, qui, quoi et si, on préférera l'on à on pour éviter l'hiatus, c'est-à-dire la rencontre de deux voyelles. L'on est également préférable à on devant un verbe qui commence par con- ou com-.

 

Exemples :

 

- On choisit qui l'on veut. (plutôt que : qui on veut)

- C’est la maison où l’on habite. (plutôt que : où on habite)

- Il faut que l'on concocte autre chose pour le souper. (plutôt que : qu'on concocte)

 

 

Au contraire, encore pour des raisons d'euphonie, on évitera l'on après dont et dans un enchaînement de mots commençant par l.

 

Exemples :

 

- Ces gens, dont on ignore le nom, se croient tout permis.  (plutôt que : dont l'on ignore le nom)

- Si on le louait, on bénéficierait de nombreux avantages. (plutôt que : si l'on le louait)

 

 

Notons que L’on en tête de phrase est une tournure vieillie.

 

 

Pour en savoir davantage, vous pouvez consulter les articles On et L’un.

Haut

Date de la dernière actualisation de la BDL : novembre 2018

Déclaration de services aux citoyens | Commissaire à la qualité des services | Accès à l'information | Politique de confidentialité

Portail du Gouvernement du Québec.

© Gouvernement du Québec, 2002