Banque de dépannage linguistique


La rédaction et la communication
Figures de style > Figures jouant sur un ensemble de mots



Acrostiche

 

L’acrostiche est un poème dont les lettres initiales de chaque vers, lues de haut en bas, forment un nom de personne, un mot ou une phrase. Lorsqu’on y découvre un nom, il s’agit habituellement de la signature de l’auteur ou du nom de la personne à qui le poème est destiné. Lorsqu’on y découvre un mot ou une phrase, il s’agit souvent d’un thème ou d’un message qu’on a voulu plus ou moins dissimuler.

 

Exemples :

 

Voulez-vous que verté vous die ?

Il n’est jouer qu’en maladie

Lettre vraye que tragedie

Lasche homme que chevalereux,

Orrible son que melodie,

Ne bien conseillé qu’amoureux.

(François Villon, Ballade des contre vérités, XVe siècle)

 

Mon aimée adorée avant que je m’en aille,

Avant que notre amour, Maria, ne déraille,

Râle et meurt, m’amie, une fois, une fois,

Il faut nous promener tous deux seuls dans les bois,

Alors je m’en irai plein de bonheur je crois.

(Guillaume Apollinaire, Maria)

 

L’acrostiche peut également se limiter à quelques vers du poème et non à l’entier.

 

Exemple :

 

Les parfums ne font pas frissonner sa narine;
Il dort dans le soleil, la main sur sa poitrine,
Tranquille. Il a deux trous rouges au côté droit.

(Arthur Rimbaud, extrait du Dormeur du val)

 

Enfin, l’acrostiche connaît plusieurs variantes. On peut utiliser la dernière lettre de chaque vers ou une lettre médiane, plutôt que la lettre initiale. Un message peut également se révéler à la lecture des premiers mots de chaque vers.

 

 

Haut

Date de la dernière actualisation de la BDL : novembre 2018

Déclaration de services aux citoyens | Commissaire à la qualité des services | Accès à l'information | Politique de confidentialité

Portail du Gouvernement du Québec.

© Gouvernement du Québec, 2002