Banque de dépannage linguistique


La rédaction et la communication
Figures de style > Figures jouant sur la construction de la phrase



Zeugme

 

Le zeugme est l’association, à un même mot, de deux éléments incompatibles puisqu’ils se construisent de façon différente sur le plan syntaxique ou sémantique.

 

Le zeugme syntaxique, ou de construction, consiste à rattacher à un mot, le plus souvent un verbe, deux compléments qui ne se construisent pas de la même façon. Dans le premier exemple qui suit, on joint au même verbe croyait un complément indirect, à son étoile, et un complément direct, qu’un certain bonheur lui était dû.

 

Exemples :

 

- Il croyait à son étoile et qu’un certain bonheur lui était dû. (André Gide)

- Ils savent compter l’heure et que la terre est ronde. (Musset)

- Mieux vaut s’enfoncer dans la nuit qu’un clou dans la fesse gauche. (Alphonse Allais)

 

Le zeugme sémantique, aussi appelé attelage, consiste quant à lui à joindre à un mot deux compléments disparates quant à leur signification. Ce type de zeugme se traduit généralement par le rapprochement de deux éléments de nature lexicale différente, l’un étant concret et l’autre étant abstrait.

 

Exemples :

 

- Vêtu de probité candide et de lin blanc. (Victor Hugo)

- Les marchands de boisson et d’amour. (Guy de Maupassant)

- Contre ses persiennes closes, Mme Massot tricote, enfermée dans sa chambre et dans sa surdité. (Roger Martin du Gard)

 

Le zeugme est fréquemment utilisé dans la langue littéraire à des fins stylistiques, car il crée un effet de surprise par des associations incongrues. Toutefois, il est généralement condamné en linguistique et en traduction, où il est considéré comme une erreur de syntaxe.

Haut

Date de la dernière actualisation de la BDL : octobre 2018

Déclaration de services aux citoyens | Commissaire à la qualité des services | Accès à l'information | Politique de confidentialité

Portail du Gouvernement du Québec.

© Gouvernement du Québec, 2002