Banque de dépannage linguistique


La syntaxe
L'interrogation



Qu'est-ce que

 

On rencontre parfois, surtout dans la langue parlée, l’emploi fautif de la locution interrogative qu’est-ce que pour introduire une subordonnée interrogative indirecte, c’est-à-dire une question introduite par un verbe comme demander, chercher, savoir. Cet emploi est à éviter, car qu’est-ce que ne peut être utilisé que dans une interrogation directe; cette locution y est le complément direct. Il est en de même pour la locution qu’est-ce qui, qui est sujet dans une phrase interrogative directe.

 

Exemples :

 

Qu’est-ce que tu désires recevoir pour Noël?

Qu’est-ce qui pourrait te rendre plus heureux?

 

Dans une phrase interrogative indirecte, on emploie ce que plutôt que qu’est-ce que, et ce qui plutôt que qu’est-ce qui.

 

Exemples :

 

- Ils savent exactement ce que nous faisons. (et non qu’est-ce que nous faisons)

- On lui a demandé ce qu’elle comptait faire. (et non qu’est-ce qu’elle comptait faire)

- Il veut savoir ce qui l’attend. (et non qu’est-ce qui l’attend)

 

 

Il arrive aussi qu’on rencontre la locution qu’est-ce que dans des phrases exclamatives. Cet emploi relève toutefois de la langue familière; dans un style soutenu, on remplacera cette locution par des formulations plus appropriées.

 

Exemples :

 

Qu’il est frêle, ce nouveau-né! (plutôt que Qu’est-ce qu’il est frêle)

Comme il a fait beau en fin de semaine! (plutôt que Qu’est-ce qu’il a fait beau)

Haut

Date de la dernière actualisation de la BDL : novembre 2018

Déclaration de services aux citoyens | Commissaire à la qualité des services | Accès à l'information | Politique de confidentialité

Portail du Gouvernement du Québec.

© Gouvernement du Québec, 2002