Banque de dépannage linguistique


La ponctuation
Les signes de ponctuation > Astérisque



Astérisque : généralités

 

L’astérisque est un signe typographique généralement employé pour marquer un renvoi.

 

Son nom, de genre masculin, a été emprunté au latin asteriscus qui signifiait « petite étoile ». Il est à noter que la prononciation du mot astérisque est [astéRisk] (as-té-risk), la syllabe finale se prononçant comme le nom risque, avec un k final et non un x

 

L’astérisque peut s’employer après un mot en tant qu’appel de note. On emploie également l’astérisque comme marque dans différents ouvrages de linguistique ou encore pour masquer un nom propre. Il est parfois préférable d’indiquer dès le début d’un texte l’emploi que l’on fait de l’astérisque.

 

Par ailleurs, l’astérisque est toujours collé, sans espacement, au mot, qu’il le précède ou qu’il le suive. Lorsque plus d’un astérisque se suivent, aucune espace ne doit se glisser entre eux. Dans la note à laquelle l’astérisque renvoie, on met une espace entre l’astérisque et le premier mot de la note.

 

Exemples :

 

-  Albert Einstein* est l’inventeur des théories de la relativité. (appel de note)

-  *argents (forme fautive)

-  Jasmine H*** (substitution d’un nom propre)

-  * Cette grandeur peut varier selon les conditions atmosphériques. (note)

 

 

Pour en apprendre davantage sur les différents emplois de l’astérisque, vous pouvez consulter les articles Astérisque et appel de note, Astérisque : emplois en linguistique et Astérisque : emplois divers.

 

Pour vous familiariser avec les symboles de l'API utilisés dans la BDL, vous pouvez consulter l'article Alphabet phonétique international.

Haut

Date de la dernière actualisation de la BDL : novembre 2018

Déclaration de services aux citoyens | Commissaire à la qualité des services | Accès à l'information | Politique de confidentialité

Portail du Gouvernement du Québec.

© Gouvernement du Québec, 2002