Banque de dépannage linguistique


La ponctuation
Les signes de ponctuation > Point d'exclamation



Point d'exclamation, impératif et apostrophe

 

Lorsque l’on parle à quelqu’un, il arrive qu’on lui ordonne de faire quelque chose (Réponds-moi!) ou qu’on l’interpelle (Marie!). L’intonation propre à ces types d’énoncés est marquée à l’écrit par le point d’exclamation.

 

Placé à la fin d’une phrase dont le verbe est à l’impératif, le point d’exclamation renforce l’intonation injonctive de celle-ci. Toutefois, bien que cet usage soit fréquent, il n’est pas obligatoire.

 

Exemples :

 

- Entre, enlève ton manteau!

- Viens ici tout de suite!

 

 

On met aussi un point d’exclamation après un nom en apostrophe. Cet emploi permet de marquer, à l’écrit, l’intonation que l’interpellation aurait à l’oral.

 

Exemples :

 

- Christine! Où es-tu?

- Madame! Attendez!

 

 

Il arrive qu’un mot mis en apostrophe soit précédé de l’interjection ô; c’est le cas notamment dans les textes poétiques ou religieux. L’usage du point d’exclamation, comme c’est souvent le cas, est alors facultatif et dépend de l’intonation que l’on donne à la phrase. Si on l’emploie, on doit le placer après le nom en apostrophe : il ne suit jamais immédiatement le ô.

 

Exemple :

 

- Ô souvenirs! printemps! aurore!
Doux rayon triste et réchauffant! (Victor Hugo)

 

 

Pour en apprendre davantage sur le point d’exclamation, vous pouvez consulter l’article Point d'exclamation : généralités.

Haut

Date de la dernière actualisation de la BDL : novembre 2018

Déclaration de services aux citoyens | Commissaire à la qualité des services | Accès à l'information | Politique de confidentialité

Portail du Gouvernement du Québec.

© Gouvernement du Québec, 2002