Banque de dépannage linguistique


La ponctuation
Les signes de ponctuation > Point-virgule



Point-virgule et phrases juxtaposées

 

On emploie le point-virgule entre des phrases juxtaposées dans des contextes où l’on établit clairement un lien logique entre le contenu des deux propositions. On peut ainsi exprimer un rapport d’implication, d’opposition ou de succession. Le point-virgule signale alors l’unité de l'ensemble.

 

Exemples :

 

- Les pensées se bousculaient dans sa tête. Elle ne pouvait accepter cette promotion : elle aurait moins de temps libre; elle devrait déménager; elle aurait à voyager plus souvent; son conjoint serait sans doute déçu; et pourtant elle avait une envie irrésistible d'accepter.

- Rébecca frappa à la porte; Pascal lui ouvrit; il l'invita à entrer; et il ferma la porte derrière elle.

 

 

Le point-virgule peut aussi lier des phrases juxtaposées parallèles, c’est-à-dire dont la structure et le contenu sont semblables. On y exprime souvent une opposition, une comparaison, un contraste. Le point-virgule met alors en évidence la symétrie des propositions qu'il lie.

 

Exemples :

 

- Les semaines sont trop longues; les fins de semaines sont trop courtes; et les vacances sont trop rares.

- Céline aime Pierre; Pierre aime Roberte; Roberte ignore Pierre.

- Louise aime le canard; Marcel préfère le lapin.

 

 

Lorsque le point-virgule lie de telles phrases, le verbe de la deuxième (et des suivantes, s'il y a lieu) peut être sous-entendu. Dans ce contexte, le point-virgule devient essentiel, puisqu'il s’oppose alors à la virgule, qui marque l'ellipse.

 

Exemples :

 

- Les semaines sont trop longues; les fins de semaines, trop courtes; et les vacances, trop rares.

- Jeannot devait apporter le vin; Myriam, la salade; Odette, l'entrée; et Philippe, le dessert.

 

Haut

Date de la dernière actualisation de la BDL : novembre 2018

Déclaration de services aux citoyens | Commissaire à la qualité des services | Accès à l'information | Politique de confidentialité

Portail du Gouvernement du Québec.

© Gouvernement du Québec, 2002