Banque de dépannage linguistique


La ponctuation
Les signes de ponctuation > Trait d'union



Trait d'union : généralités

 

Le trait d’union est un signe typographique (et orthographique) qui a l’apparence d’un tiret court. C’est vers 1530 qu’on relève les premières attestations de ce signe, sous sa forme actuelle, dans les textes français imprimés. Il est à noter que le trait d’union n’est jamais précédé ni suivi d’un espacement, sauf dans le cas de l’expression d’horaires.

 

La principale fonction du trait d’union est de lier différents éléments et de marquer ainsi les liens étroits qui les unissent. La nouvelle unité créée peut être de nature lexicale (lexicalisation); c’est pourquoi on trouve le trait d’union dans de nombreux mots composés. Ce signe peut également marquer certaines relations grammaticales, notamment l’inversion du verbe et du pronom sujet ou la coordination implicite, c’est-à-dire un lien logique implicite entre deux mots.

 

Exemples :

 

-  Tous les bénévoles sont invités à ce déjeuner-conférence.

-  Il nous a demandé de quitter sa propriété sur-le-champ.

-  puis-je me procurer des accessoires de décoration aussi excentriques?

-  Heures d’ouverture : 9 h - 21 h

-  La rivalité Bruins-Canadiens est l’une des plus intenses de la Ligue nationale de hockey.

 

 

L’emploi du trait d’union est toutefois à éviter dans certains contextes. Par exemple, c’est le tiret, et non le trait d’union, qui liera un toponyme comportant déjà un trait d’union à un autre toponyme. De plus, on remarque dans l’usage l’emploi du trait d’union pour former des doublets abrégés. Dans ce contexte, ce sont plutôt les parenthèses ou les crochets que l’Office québécois de la langue française suggère d’utiliser. Notons toutefois que les doublets complets demeurent tout de même l’option à privilégier dans les textes suivis.

 

Exemples :

 

-  Je connais très peu la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean. (tiret entre Saguenay et Lac-Saint-Jean; et non : Saguenay-Lac-Saint-Jean)

-  Ce colloque est destiné aux enseignant(e)s de sciences du Québec. (ou : aux enseignants et enseignantes; plutôt que : aux enseignant-e-s)

 

 

En ce qui a trait aux rectifications orthographiques proposées par le Conseil supérieur de la langue française de France en 1990, certaines portent sur la question du trait d’union et proposent la soudure des éléments dans de nombreux mots composés. La soudure des éléments marque une plus grande lexicalisation encore que l’emploi du trait d’union (audiovisuel, faitout, millefeuille, socioéconomique, récréotouristique, etc.).

 

 

Compléments :

 

Sous-thème Trait d’union (Les signes de ponctuation)

Sous-thème Emploi du trait d’union (L’orthographe)

Trait d’union dans les prénoms et les patronymes (Trait d’union)

Pronoms avec l’impératif (Pronoms personnels)

Les signes non retenus (Doublets abrégés)

Préférer la soudure au trait d’union (Rectifications liées aux mots ayant plus d’une orthographe)

Sous-thème Rectifications liées au trait d’union et soudure (Rectifications de l’orthographe)

Haut

Date de la dernière actualisation de la BDL : juin 2020

Déclaration de services aux citoyennes et aux citoyens | Accès à l'information | Politique de confidentialité

Portail du Gouvernement du Québec.

© Gouvernement du Québec, 2020