Banque de dépannage linguistique


La ponctuation
Les signes de ponctuation > Barre oblique



Barre oblique : généralités

 

La barre oblique, aussi nommée oblique, trait oblique, barre transversale, barre de fraction ou barre inclinée, est un signe typographique qui a l’apparence d’un trait incliné vers la droite et qui a de multiples usages.

 

La barre oblique est principalement employée comme signe de division, de séparation ou d’opposition.

 

Exemples :

 

-  Ce pays compte plus de 800 hab./km2. (division)

-  a/s de Madame Giselle Tremblay (séparation)

-  Les paronymes appareiller/apparier expriment tous les deux l’idée d’« assortir ». (opposition)

 

 

La barre oblique n’est généralement pas précédée ni suivie d’un espacement. Toutefois, lorsque les éléments qu’elle sépare sont longs ou en groupe, il est préférable qu’elle soit précédée et suivie d’un espacement afin d’aérer la présentation du texte.

 

Exemples :

 

-  L’alternance singulier/pluriel n’est pas possible dans ce contexte.

-  Je vous propose la traduction global positioning system / système mondial de positionnement.

 

 

On trouve également la barre oblique dans l’expression et/ou, dont l’emploi est acceptable, bien qu’il ne faille pas en abuser.

 

Exemples :

 

-  Une rencontre avec la présidente et/ou le vice-président est bientôt prévue.

-  Les coupables pourront être condamnés à une amende et/ou à une peine d’emprisonnement.

 

 

La barre oblique est souvent utilisée de manière fautive, par exemple pour séparer les éléments d’une date; c’est le trait d’union ou l’espacement qui remplissent cette fonction. De même, dans les toponymes surcomposés, les éléments sont séparés par le tiret, et non par la barre oblique.

 

Exemples :

 

-  2005-03-15 ou 2005 03 15 ou 20050315 (et non : 2005/03/15)

-  Sylvie est originaire de la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean [tiret entre Saguenay et Lac-Saint-Jean]. (et non : Saguenay/Lac-Saint-Jean)

 

Enfin, on remarque dans l’usage l’emploi de la barre oblique pour former des doublets abrégés. Dans ce contexte, ce sont plutôt les parenthèses ou les crochets que l’Office québécois de la langue française privilégie.

 

Exemple :

 

-  Conférence destinée aux infirmier(-ière)s (plutôt que : aux infirmier/ère/s)

 

 

Compléments :

 

Barre oblique, signe de division (Barre oblique)

Barre oblique, signe de séparation (Barre oblique)

Barre oblique, signe d’opposition (Barre oblique)

Date et heure dans les tableaux et pour certains usages techniques (Nombres)

Et/ou (Emprunts morphologiques)

Les signes non retenus (Doublets abrégés)

Haut

Date de la dernière actualisation de la BDL : août 2019

Déclaration de services aux citoyennes et aux citoyens | Accès à l'information | Politique de confidentialité

Portail du Gouvernement du Québec.

© Gouvernement du Québec, 2002