Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




Le vocabulaire
Nuances sémantiques



Joindre et rejoindre

 

Les verbes joindre et rejoindre ont des sens voisins : c’est pourquoi on les confond parfois dans leur emploi.

 

Joindre signifie, en parlant de choses, « mettre ensemble, unir », « ajouter à », « relier » ou « associer », selon le contexte. On emploie aussi ce verbe, lorsque le complément est une personne, avec le sens d’« entrer en contact avec ». À la forme pronominale (se joindre), ce verbe a comme sujet une personne et signifie « s’associer à », « prendre part à ».

 

Exemples :

 

- Robert a joint ses mains, s’est jeté par terre et s’est mis à prier.

- L’avocat de Jean-Louis a refusé de joindre cette pièce au dossier.

- Quelle route joignait Québec à Montréal, au XIXe siècle?

- Si nous voulons réussir, nous devrons joindre nos efforts.

- Pourrons-nous le joindre par téléphone? (et non : le rejoindre par téléphone)

- Notre campagne de publicité vise à joindre un public jeune.

- Même Julie s’est jointe à nous pour faire la tournée des grands-ducs!

 

On évitera l’enchaînement joindre ensemble, considéré comme pléonastique puisque l’idée d’« ensemble » est déjà présente dans joindre.

 

 

Le verbe rejoindre a lui aussi différents sens. Lorsque le sujet est une personne, rejoindre peut signifier « gagner ou regagner un lieu », « rattraper quelqu’un qui a pris de l’avance » ou encore « se joindre à une personne ou à un groupe ». Lorsque le sujet est une chose, il signifie plutôt « aboutir au même point ». Ce verbe s’emploie aussi à la forme pronominale pour certains de ses sens. Contrairement à joindre, le verbe rejoindre semble supposer un mouvement (du sujet de la phrase) orienté vers quelqu’un ou quelque chose (le complément direct).

 

Exemples :

 

- Paul venait de rejoindre l’autoroute lorsqu’il a eu son accident.

- On croyait que Gérard allait perdre la course, mais il a vite rejoint le peloton de tête.

- Annette a rejoint les rangs du Parti libéral.

- Sur ce point, mon cher ami, tes idées rejoignent les miennes.

- Le chemin des Quatre-Bourgeois rejoint le chemin Sainte-Foy près de l’université.

- Nous nous sommes rejoints devant la gare du Palais.

- Ces deux lignes se rejoignent puisqu’elles ne sont pas parallèles.

 

En outre, si rejoindre a jadis eu le sens, comme son préfixe l’indique, de « joindre à nouveau », on lui accorde maintenant rarement cette valeur.

 

Pour en apprendre davantage sur l’emploi du verbe joindre, vous pouvez consulter l’article Joindre dans la section des anglicismes sémantiques.



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : janvier 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles