Banque de dépannage linguistique


La grammaire
Le verbe > Auxiliaires



Tomber

 

Autrefois, lorsque le verbe tomber était employé intransitivement (c'est-à-dire lorsqu'il n'avait pas de complément d’objet), on pouvait le conjuguer avec l'auxiliaire avoir ou avec l'auxiliaire être; on privilégiait avoir lorsqu'on mettait l'accent sur l'action accomplie, et être lorsqu'on mettait l'accent sur le résultat de l'action. Aujourd'hui, toutefois, l'emploi de l'auxiliaire avoir est vieilli; on emploie donc toujours l'auxiliaire être avec le verbe tomber, employé sans complément d’objet.

 

Exemples :

 

- Je suis tombé dans l'escalier tout à l'heure. (et non : J'ai tombé dans l'escalier tout à l'heure.)

- Il est tombé beaucoup de pluie depuis une semaine.

- Les feuilles de cet arbre sont toutes tombées.

- Sa fièvre est finalement tombée hier.

- Depuis que la nuit est tombée, il fait un peu plus frais.

 

 

Cependant, lorsque le verbe tomber est transitif (c'est-à-dire lorsqu'il a un complément d’objet), on doit employer l'auxiliaire avoir. Les emplois transitifs du verbe tomber sont rares. Cette construction est acceptée dans le domaine du sport, où tomber signifie « vaincre » son adversaire. Les autres emplois transitifs, où tomber signifie « enlever » un vêtement ou « séduire » une personne, relèvent du style familier.

 

Exemple :

 

- Le lutteur favori a tombé son adversaire très tôt dans l'affrontement.

- Elle a tombé plus d’un homme.

Haut

Date de la dernière actualisation de la BDL : novembre 2018

Déclaration de services aux citoyens | Commissaire à la qualité des services | Accès à l'information | Politique de confidentialité

Portail du Gouvernement du Québec.

© Gouvernement du Québec, 2002