Banque de dépannage linguistique


La grammaire
L'adverbe



Ci et là

 

Il ne faut pas confondre les particules adverbiales ci et . Elles se distinguent principalement par le degré de proximité ou d’éloignement qu’elles servent à exprimer.

 

 

Ci

 

La particule ci est une forme réduite de ici. Elle marque la proximité de quelque chose dans l’espace ou dans le temps par rapport à la personne qui parle. On peut faire suivre de ci (joint par un trait d’union) les noms précédés d’un déterminant démonstratif (ce, cet, cette, ces) ainsi que les pronoms démonstratifs (celui, celle, ceux).

 

Exemples :

 

-  Ces temps-ci, il n’arrive même plus à travailler.

-  Je préfère cette couleur-ci.

-  C’est celui-ci qui me convient le moins.

 

Il faut éviter d’employer l’adverbe ici à la place de ci dans de tels contextes. À une certaine époque, l’usage a hésité entre les deux formes, mais ci s’est imposé. L’emploi de ici est encore observé dans la langue populaire, tant au Québec qu’en France, mais il est déconseillé dans la langue standard.

 

Exemples :

 

-  Je ne savais pas que ce verre-ci était en cristal. (et non : ce verre ici)

-  Je ne peux me prononcer sur ce sujet à ce moment-ci de l’enquête. (et non : à ce moment ici)

 

Ajoutons que la particule ci entre également dans la formation de ceci et de différentes locutions, dont ci-après, ci-contre, ci-dessous, ci-dessus, ci-devant, ci-inclus, ci-joint, ci-gît, de-ci de-là, par-ci par-là.

 

 

 

La particule s’oppose souvent à ci. Elle marque l’éloignement de quelque chose dans l’espace ou dans le temps par rapport à la personne qui parle. On peut faire suivre de (joint par un trait d’union) les noms précédés d’un déterminant démonstratif et les pronoms démonstratifs. Dans la langue parlée, tend à supplanter ci même dans des contextes où il y a opposition du point de vue de la proximité. De plus, peut aussi s’employer en l’absence d’opposition.

 

Exemples :

 

-  Cet ordinateur-là est moins cher que celui-ci. (Le premier ordinateur est plus loin du locuteur que le second.)

-  C’était vrai cette fois-là, mais ça ne l’est pas, cette fois-ci. (cette fois-là représente un événement passé, et cette fois-ci, un événement présent)

-  Maintenant que nous avons discuté de ce point-là, nous pouvons aborder ce point-ci. ( se réfère au point dont il vient d’être question, et ci, au point dont on s’apprête à parler)

-  Plusieurs modèles m’intéressent. J’hésite entre celui-là et celui-là. (langue parlée)

-  Ces deux-là ont toujours été inséparables. (Il n’y a ici aucune opposition.)

 

 

On omet le trait d’union lorsque le nom qui précède n’est pas immédiatement précédé du déterminant démonstratif, à moins que ce soit un numéral qui les sépare. Il en va de même lorsque porte sur un nom composé dont les éléments ne sont pas liés par un trait d’union.

 

Exemples :

 

-  Je n’oublierai jamais ce gentil garçon . (et non : ce gentil garçon-là; mais : ce garçon-là)

-  Ces trois hommes-là ont occupé une place importante dans sa vie.

-  Je n’achèterai pas ces pommes de terre . (et non : ces pommes de terre-là; mais : ces choux-fleurs-là)

-  Où était-elle ce vendredi soir ? (et non : ce vendredi soir-là; mais : ce vendredi-là)

 

La particule qui suit un nom employé à la manière d’un adjectif ou d’un adverbe, comme c’est le cas du mot soir dans le dernier exemple, n’est pas précédée du trait d’union. (Pour plus d’explications sur cette fonction du mot soir, vous pouvez consulter l’article Jours de la semaine.)

 

 

Enfin, la particule entre également dans la formation de cela et de différentes locutions, dont là-bas, là-haut, là-dessus, là-dessous, là-dedans, jusque-là, de là, d’ici là, par là, çà et là, de-ci de-là, par-ci par-là.

Haut

Date de la dernière actualisation de la BDL : mars 2020

Déclaration de services aux citoyennes et aux citoyens | Accès à l'information | Politique de confidentialité

Portail du Gouvernement du Québec.

© Gouvernement du Québec, 2020