Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




Les sigles, abréviations et symboles
Les abréviations > Règles de l'abréviation



Troncation des mots

 

En français, certains mots courts sont le résultat de la troncation de mots plus longs. En général, la troncation se fait par apocope, c'est-à-dire en retranchant les syllabes finales d'un mot. La coupure se fait le plus souvent en conservant le premier élément d'un composé d'origine savante ou, dans les autres mots, en coupant après la deuxième ou troisième syllabe ou après une syllabe se terminant par o. Plus rarement, on procède par aphérèse, c’est-à-dire en retranchant les premières syllabes d'un mot.

 

Exemples :

 

- J'ai emprunté un micro pour animer notre soirée de retrouvailles. (coupure après le premier élément de microphone)

- Marc nous a présenté les diapos de son dernier voyage en Inde. (coupure après le o de diapositive)

- L'été dernier, une quantité phénoménale de touristes ont parcouru la province en bus plutôt qu'en voiture. (suppression du premier élément d'autobus)

 

 

Les mots tronqués ne prennent pas de point abréviatif, contrairement aux abréviations. Certains d'entre eux remplacent la forme longue correspondante alors que d'autres sont en forte concurrence avec celle-ci; dans ce cas, la forme longue est souvent privilégiée dans la langue soutenue ou technique.

 

Exemples :

 

- Marc va travailler en métro depuis qu'il habite à Montréal. (a remplacé métropolitain)

- J'espère qu'il retournera chez lui en taxi à la fin de la soirée! (a remplacé taximètre)

- J'ai acheté un kilo de cerises au marché du Vieux-Port. (kilogramme est privilégié dans la langue soutenue)

- La collision a complètement démoli son auto. (automobile est privilégié dans la langue soutenue)

 

 

Beaucoup de mots tronqués appartiennent à la langue familière, populaire et même argotique. Ces formes réduites sont souvent des noms et des adjectifs dont la longueur n'est pas nécessairement excessive. Ils sont abrégés par suppression de leurs syllabes initiales ou finales et se terminent fréquemment par une consonne. Dans la langue courante ou soutenue, on remplacera ces formes tronquées par la forme longue correspondante.

 

Exemples :

 

- J'aimerais aller au ciné en fin de semaine. (pour cinéma)

- Marc compte bien fêter la fin de son bac en nutrition. (pour baccalauréat)

- Il y a eu deux arrestations lors de la manif d'hier devant le Parlement. (pour manifestation)

 

 

Quant à l'accord en nombre des mots tronqués, ils prennent généralement la marque du pluriel au besoin, mais l’invariabilité demeure admise dans certains cas.

 

Exemples :

 

- André ne parle jamais de ses profs à sa famille. (pour professeurs)

- Durant la fête, ses amplis ont été volés. (pour amplificateurs)

- Elle ne consomme que des légumes bios. (ou : bio, pour biologiques)

- Ces projets technos coûtent cher. (ou : techno, pour technologiques)

 

 

Pour en savoir davantage sur la troncation, vous pouvez consulter l'article Mots tronqués avec finale en -o.



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : juin 2018

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles