Banque de dépannage linguistique


La grammaire
Les pronoms > Pronoms personnels



Emploi fautif du pronom ils

 

Une erreur possible avec les pronoms personnels consiste à employer un pronom de 3e personne du pluriel (ils ou les) pour reprendre un nom singulier. Il y a alors discordance de nombre entre l’antécédent et le pronom de reprise. L’erreur peut aussi porter sur le genre du pronom; on reprend ainsi un nom féminin par un pronom masculin.

 

Exemples fautifs :

 

- Le couple vit dans l’illusion, mais ils connaissent très bien leur situation.

- Le silence du personnel médical est éloquent. Quand Paul les questionne, personne ne répond.

- Il est inacceptable de condamner des personnes pour des crimes qu’ils n’ont pas commis.

- Un jour, la jeunesse prendra la relève parce qu’ils n’auront pas le choix.

 

 

Dans le premier exemple, l’erreur tient au fait que le nom couple implique logiquement deux personnes, d’où l’emploi indu du pronom pluriel ils et du déterminant possessif de 3pers. pl., leur. Dans le deuxième exemple, le nom personnel est un nom collectif; il évoque nécessairement plusieurs personnes, d’où l’emploi fautif du pronom objet pluriel les. Dans le troisième exemple, on reprend par un pronom masculin pluriel, ils, un antécédent féminin pluriel, personnes. Enfin, dans le dernier exemple, l’erreur est double : le nom collectif féminin singulier jeunesse est repris par un pronom masculin pluriel, ils.

 

Exemples corrigés :

 

- Le couple vit dans l’illusion, mais il connaît très bien sa situation.

- Le silence du personnel médical est éloquent. Quand Paul le questionne, personne ne répond.

- Il est inacceptable de condamner des personnes pour des crimes qu’elles n’ont pas commis.

- Un jour, la jeunesse prendra la relève parce qu’elle n’aura pas le choix.

Haut

Date de la dernière actualisation de la BDL : novembre 2018

Déclaration de services aux citoyens | Commissaire à la qualité des services | Accès à l'information | Politique de confidentialité

Portail du Gouvernement du Québec.

© Gouvernement du Québec, 2002