Banque de dépannage linguistique


Les emprunts à l’anglais
Emprunts idiomatiques



Faire face à la musique

 

L’expression faire face à la musique est calquée sur l’anglais to face the music, qui signifie « affronter la situation » ou encore « assumer les conséquences ». L’emprunt de cette expression n’est pas nécessaire, car le français dispose déjà de nombreuses expressions équivalentes tout aussi imagées : braver l’orage, braver la tempête, affronter la tempête, faire front, faire face, tenir tête, ne pas reculer, ne pas se dérober, prendre le taureau par les cornes, payer les pots cassés, etc. Bien sûr, d’autres expressions moins imagées peuvent aussi faire l’affaire, selon les besoins du contexte : subir les conséquences de ses actes, faire face à l’adversité, affronter les difficultés, faire face à ses responsabilités, supporter les conséquences.

 

Exemples :

 

-  Votre enfant est capable de faire face à la musique, il ne faut pas le surprotéger.

-  Louis est le seul qui a su faire face à la musique au moment où tous se dérobaient.

-  Les employés sont-ils préparés à faire face à la musique en cas d’urgence?

-  Devant un tel gâchis, la présidente doit faire face à la musique et démissionner.

-  Je ferai face à la musique, je ne crains aucunement mon adversaire.

 

On écrira plutôt :

 

-  Votre enfant est capable de faire face, il ne faut pas le surprotéger. (ou : d’affronter les difficultés)

-  Louis est le seul qui a su braver la tempête au moment où tous se dérobaient.

-  Les employés sont-ils préparés à faire front en cas d’urgence?

-  Devant un tel gâchis, la présidente doit payer les pots cassés et démissionner.

-  Je ne reculerai pas, je ne crains aucunement mon adversaire.

 

 

Compléments (Le grand dictionnaire terminologique) :

 

Anglicisme

Emprunt à l’anglais

Haut

Date de la dernière actualisation de la BDL : novembre 2019

Déclaration de services aux citoyennes et aux citoyens | Accès à l'information | Politique de confidentialité

Portail du Gouvernement du Québec.

© Gouvernement du Québec, 2002