Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




L'orthographe
Élision et apostrophe



Ça

 

Le pronom démonstratif ça, qui est une forme contractée de cela, ne s'élide généralement pas devant un mot commençant par une voyelle.

 

Exemples :

 

- Tu crois que ça irait bien avec mon pantalon rose?

- Ça oblige ses amis à l'appeler régulièrement.

 

 

Ça peut cependant s'élider devant en ainsi que devant les formes du verbe avoir qui commencent par a afin d'éviter l'enchaînement ça a, ça avait, ça aura, ça aurait.

 

Exemples :

 

- Je ne croyais pas qu'ils se connaissaient, mais c'en (ou ça en) a tout l'air.

- Rassure-toi, ç'a très bien été (ou ça a très bien été).

- Je me souviens que ç’avait (ou ça avait) pris beaucoup de temps.

- Malgré tout, ç’aura (ou ça aura) été de belles vacances.

- Ç’aurait (ou ça aurait) été différent si tu t’en étais mêlé.

 

 

Lorsque l'élision est impossible ou qu'on choisit de ne pas la faire, on doit éviter de faire une fausse liaison entre ça et le mot qui suit, par exemple : ça l’a bien été. Pour en savoir davantage à ce sujet, vous pouvez consulter l'article Fausses liaisons. Par ailleurs, pour en apprendre davantage sur les homophones de ça, vous pouvez consulter l'article Ça, çà et sa.

 



Haut


Site du gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles