Banque de dépannage linguistique


La rédaction et la communication
Rédaction technique et scientifique > Graphiques



Graphique à barres

 

Le graphique à barres, que l’on appelle parfois diagramme à barres, se présente sous la forme de rectangles disposés horizontalement et séparés par un espace. On emploie ce type de graphique pour comparer des éléments à un moment précis. La longueur des rectangles est proportionnelle à la valeur des éléments comparés.

 

Les barres peuvent être placées dans un ordre qui varie selon ce que l’on veut montrer avec le graphique. L’ordre le plus souvent utilisé est l’ordre décroissant. Enfin, l’espace entre les barres ne doit pas être plus large que celles-ci.

 

Dans l’exemple qui suit, on compare le nombre d’espèces animales vertébrées selon la classe à laquelle elles appartiennent. Les classes apparaissent en ordonnée (axe vertical) tandis que l’abscisse (axe horizontal) indique le nombre d’espèces contenues dans chacune d’elles. Le nombre d’espèces appartenant à chaque classe est inscrit sur le rectangle, mais il pourrait aussi bien être inscrit à l’extrémité de celui-ci.

 

 

On peut également indiquer les valeurs numériques sur une échelle disposée au-dessus ou au-dessous des barres, comme on le voit dans l’exemple suivant.

 

 

 

Selon les données que l’on présente, plusieurs variantes du graphique à barres sont possibles. L’exemple suivant reprend les données des graphiques précédents et inclut aussi des données supplémentaires sur le nombre d’espèces menacées et non menacées.

 

 

 

Le dernier exemple compare, quant à lui, la proportion d’espèces menacées dans chaque classe de vertébrés.

 

 

 

Pour en apprendre davantage à propos de l’emploi des graphiques, vous pouvez consulter l’article Généralités sur les graphiques.

 

Haut

Date de la dernière actualisation de la BDL : novembre 2018

Déclaration de services aux citoyens | Commissaire à la qualité des services | Accès à l'information | Politique de confidentialité

Portail du Gouvernement du Québec.

© Gouvernement du Québec, 2002