Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




Le vocabulaire
Nuances sémantiques



Paraître et apparaître

 

Si apparaître et paraître peuvent tous deux signifier « devenir visible », apparaître suggère un caractère soudain (« devenir soudainement visible, évident »), alors que paraître renvoie davantage à une action attendue, moins brusque. À cette nuance sémantique s’ajoute une autre différence : paraître se conjugue généralement avec avoir et apparaître, à l’inverse, généralement avec être.

 

Exemples :

 

- On ne sait pas où il est, il n’a pas paru au bureau depuis deux jours.

- Le soleil n’a paru que quelques minutes à la fin de l’après-midi.

- Des difficultés imprévues sont apparues.

- La vérité lui est soudainement apparue.

- Des taches sont apparues sur sa peau.

 

 

Lorsque le sujet est une personne, il ne faut pas confondre apparaître et paraître au sens de « sembler ». Dans ce sens, c’est généralement paraître qui s’emploie; il est le plus souvent suivi d’un adjectif attribut. Quant au verbe apparaître, il signifie plutôt « se montrer, être vu ». Cependant, les deux verbes sont possibles dans certains contextes.

 

Exemples :

 

- Il m’a paru bien pâle. (et non : il m’est apparu)

- Les enfants paraissaient bien portants. (et non : les enfants apparaissaient)

- Le lauréat a paru très ému à la cérémonie de remise des prix.

- Il est apparu subitement devant les invités, l’air hagard.

- Après sa victoire, le président parut (ou : apparut) au balcon pour saluer la foule.

- En faisant cela, cette femme leur a paru (ou : leur est apparue) cruelle.

 

 

Par ailleurs, avec ces deux verbes, l’attribut peut être introduit par comme (souvent avec apparaître, plus rarement avec paraître) ou suivre directement le verbe. La construction avec comme est plus usuelle lorsque l’attribut est un nom (apparaître comme un jeu, apparaître comme la chose à faire, etc.), alors que l’adjectif suit souvent directement le verbe (ces abus m’apparaissent ou me paraissent inacceptables, cette histoire apparaît ou paraît incroyable).

 

Exemples :

 

- Dans le débat, il est apparu comme le défenseur des opprimés.

- Dès le départ, cette condition nous apparaissait comme un obstacle insurmontable.

- Il paraît nécessaire de procéder d’abord à une évaluation du travail.

- Votre présence nous paraît essentielle au bon déroulement de la réunion.

 

 

Enfin, la construction il apparaît que signifie « il est évident que, on voit que, on constate que », alors que il paraît que a le sens d'« on dit que, le bruit court que, il semble que ». Ainsi, les phrases Il apparaît qu’il y a eu des erreurs coûteuses dans ce dossier et Il paraît qu’il y a eu des erreurs coûteuses dans ce dossier doivent être interprétées différemment selon le verbe employé. Généralement toutefois, un seul des deux verbes s’impose d’après le contexte.

 

Exemples :

 

- Il est vite apparu qu’elle était la seule personne capable de mener ce projet à terme.

- Il nous apparaît maintenant évident que les délais ne pourront être respectés.

- Il paraît qu’il y a de nouveaux rebondissements dans l’affaire.

- Il paraît qu’elle est très heureuse aujourd’hui.

 

 

Pour en savoir plus sur ces verbes et leurs auxiliaires, vous pouvez consulter les articles Paraître et Apparaître. Vous pouvez aussi consulter l’article Apparoir.



Haut


Site du gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles