Banque de dépannage linguistique


Le vocabulaire
Pléonasmes



Ajourner à plus tard

 

On emploie parfois l’expression ajourner à plus tard pour indiquer qu’une réunion, une décision, un procès est remis à un autre moment. Toutefois, il s’agit d’un pléonasme qu’il vaut généralement mieux éviter. En effet, le verbe ajourner signifie « remettre, reporter à une date ultérieure, différer » et à plus tard répète l’idée de date ultérieure. Selon les contextes, ajourner sera suivi ou non de l'indication de l’échéance, qui peut être déterminée ou indéterminée.

 

 

Exemples fautifs :

 

- Le procès des motards a été ajourné à plus tard par le juge.

- Le président de l’Assemblée nationale a ajourné à plus tard le débat sur l’environnement.

- Nous avons ajourné à plus tard notre dîner de retrouvailles.

 

On pourra dire :

 

- Le procès des motards a été ajourné à une date indéterminée par le juge.

- Le président de l’Assemblée nationale a ajourné le débat sur l’environnement.

- Nous avons ajourné notre dîner de retrouvailles à lundi.

 

 

Cependant, on peut dire ajourner à bien plus tard. Dans ce cas, on tient à exprimer un degré d’intensité, une gradation par rapport au temps en utilisant l’adverbe bien. Cela rend donc normal, sinon inévitable l’emploi de la locution à plus tard.

 

Exemple :

 

- Les plaidoyers sont remis au mois prochain et la décision du juge est ajournée à bien plus tard.

Haut

Date de la dernière actualisation de la BDL : novembre 2018

Déclaration de services aux citoyens | Commissaire à la qualité des services | Accès à l'information | Politique de confidentialité

Portail du Gouvernement du Québec.

© Gouvernement du Québec, 2002