Banque de dépannage linguistique


La prononciation
Prononciation de mots particuliers



Exempt ou exempte, exempter et exemption

 

Dans exempt, exempte, exempter et exemption, on peut prononcer le p ou le garder muet.

 

Exemples :

 

-  Cet article est exempt de taxes. [ɛgzã] (èg-zan) ou [ɛgzãpt] (èg-zanpt)

On prononce soit comme les deux premières syllabes graphiques du mot exemple, soit avec le p et le t final. C’est la première prononciation qui est courante.

-  À quoi ressemblerait une revue exempte de publicité? [ɛgzãt] (èg-zant) ou [ɛgzãpt] (èg-zanpt)

Que l’on prononce le p ou non, le t final se fait toujours entendre.

-  Rachel a été exemptée du cours d’anglais. [ɛgzã] (èg-zan-té) ou [ɛgzãpté] (èg-zanpté)

On prononce le p ou non.

-  Joël bénéficie d’une exemption d’impôts. [ɛgzãpsjɔ̃] (èg-zanp-sion) ou [ɛgzãsjɔ̃] (èg-zan-sion)

On prononce le p ou non. Le t qui suit le p se prononce comme un s.

 

Le p qui est présent dans exempt, exempte, exempter et exemption est conforme à l’orthographe latine des étymons de ces mots. Exempt et exempter – le verbe dérive de l’adjectif – viennent du latin exemptus, « retiré, enlevé ». Exemption a pour origine le latin exemptio « action d’ôter ».

 

 

Pour en savoir davantage sur la possibilité, pour la lettre t, de se prononcer comme un s, vous pouvez consulter l’article Graphies du son [s].

 

Pour vous familiariser avec les symboles de l’API utilisés dans la BDL, vous pouvez consulter l’article Alphabet phonétique international.

Haut

Date de la dernière actualisation de la BDL : mars 2019

Déclaration de services aux citoyens | Commissaire à la qualité des services | Accès à l'information | Politique de confidentialité

Portail du Gouvernement du Québec.

© Gouvernement du Québec, 2002